REPUBLIQUE DE GUINEE
MINISTÈRE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN
PROGRAMME DE RÉFÉRENCE INTÉRIMAIRE
DE LA TRANSITION
2022-2025
Décembre 2022
2
TABLE DES MATIÈRES
LISTE DES ACRONYMES DES MINISTERES .......................................................................................... 5
NARRATIF D’ENSEMBLE ...................................................................................................................... 6
AVANT-PROPOS .............................................................................................................................. 11
INTRODUCTION ................................................................................................................................ 12
1. ANALYSE SITUATIONNELLE ..................................................................................................... 14
1.1. TENDANCES DÉMOGRAPHIQUES .......................................................................................................... 14
1.1.1. Structure et traits caractéristiques de la population ............................................................. 14
1.1.2. Profil du dividende démographique ...................................................................................... 15
1.1.3. Répartition spatiale et urbanisation. ........................................................................................ 15
1.1.4. Profil migratoire. .......................................................................................................................... 16
1.2. PROFIL SOCIAL .................................................................................................................................... 16
1.2.1. Pauvreté. ..................................................................................................................................... 16
1.2.2. Développement humain. ......................................................................................................... 17
1.2.3. Etat du capital humain ............................................................................................................. 17
1.3. SITUATION DE FRAGILITÉ ........................................................................................................................ 22
1.3.1. Appréciation globale. ............................................................................................................... 22
1.3.2. Fragilité de l’Etat ......................................................................................................................... 23
1.3.3. Fragilité politique ........................................................................................................................ 24
1.3.4. Fragilité économique. ............................................................................................................... 24
1.3.5. Fragilité sociétale. ...................................................................................................................... 25
1.3.6. Fragilité environnementale. ...................................................................................................... 25
1.3.7. Fragilité des régions administratives ........................................................................................ 26
1.4. BILAN ET PERSPECTIVES MACROECONOMIQUES .................................................................................... 27
1.4.1. Tendances macroéconomiques ............................................................................................ 27
1.4.2. Activités économiques en 2021 ............................................................................................... 30
1.4.3. Perspectives à moyen terme ................................................................................................... 30
2. STRATEGIE D’INTERVENTION ................................................................................................... 33
2.1. DÉFIS DE LA TRANSITION ....................................................................................................................... 33
2.1.1. Défis institutionnels ...................................................................................................................... 33
2.1.2. Défis infrastructurels .................................................................................................................... 35
2.1.3. Défis transformationnels ............................................................................................................ 36
2.1.4. Défis des capacités de gestion du développement ........................................................... 37
2.2. ATOUTS DU DÉVELOPPEMENT ............................................................................................................... 39
2.2.1. Atouts géographiques .............................................................................................................. 39
2.2.2. Dotations en ressources naturelles .......................................................................................... 39
2.2.3. Opportunités de la révolution 4.0 ............................................................................................ 39
2.2.4. Opportunités de l’économie bleue ........................................................................................ 40
2.2.5. Opportunités de l’économie verte ......................................................................................... 41
2.3. FONDEMENTS ET PRINCIPES DIRECTEURS DU PRI ..................................................................................... 41
2.3.1. Fondements ............................................................................................................................... 41
2.3.2. Principes directeurs .................................................................................................................... 42
2.4. OBJECTIF GLOBAL, RESULTATS FINAUX ET AXES DU PRI ............................................................................ 43
3. DESCRIPTION DES AXES .......................................................................................................... 44
3.1. AXE 1 : RECTIFICATION INSTITUTIONNELLE ............................................................................................... 44
3.2. AXE 2 : CADRE MACROECONOMIQUE ET FINANCIER ............................................................................ 45
3.3. AXE 3 : CADRE LEGAL ET GOUVERNANCE ............................................................................................ 47
3
3.4. AXE 4 : ACTION SOCIALE, EMPLOI ET EMPLOYABILITE ............................................................................. 50
3.5. AXE 5 : INFRASTRUCTURES, CONNECTIVITE ET ASSAINISSEMENT ................................................................ 52
4. MISE EN ŒUVRE, SUIVI, EVALUATION ET ANALYSE DES RISQUES ........................................ 55
4.1. CADRE TEMPOREL DU PRI .................................................................................................................... 55
4.2. COÛT GLOBAL DU PRI ......................................................................................................................... 56
4.3. MISE EN ŒUVRE, SUIVI, EVALUATION ET MODALITES DAPPROBATION ..................................................... 58
4.4. ANALYSE DES RISQUES .......................................................................................................................... 59
5. CADRE OPERATIONNEL DU PROGRAMME DE REFERENCE INTERIMAIRE (PRI) 2022-2025 61
01. MINISTERE DE L’ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ........................................................................ 62
02. MINISTERE DES MINES ET DE LA GEOLOGIE ............................................................................................ 68
03. MINISTERE DES POSTES, TELECOMMUNICATIONS ET ECONOMIE NUMERIQUE .......................................... 71
04. MINISTERE DE LA SECURITE ET DE LA PROTECTION CIVILE ........................................................................ 73
05. MINISTERE DE L’ÉNERGIE, DE L’HYDRAULIQUE ET DES HYDROCARBURES ................................................. 76
06. MINISTERE DE L’ADMINISTRATION DU TERRITOIRE ET DE LA DECENTRALISATION ........................................ 78
07. MINISTERE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS ............................................................................................. 82
08. MINISTERE DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ................................................................... 85
09. MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L’ÉLEVAGE .................................................................................... 87
10. MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION .......... 91
11. MINISTERE DE LA PECHE ET DE L’ECONOMIE MARITIME .......................................................................... 93
12. MINISTERE DU COMMERCE, DE L’INDUSTRIE ET DES PME ....................................................................... 95
13. MINISTERE DE L’URBANISME, DE L’HABITAT ET DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ................................. 97
14. MINISTERE DE LA SANTE ET DE L’HYGIENE PUBLIQUE ............................................................................... 99
15. MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ......................................................................... 100
16. MINISTERE DE LA CULTURE, DU TOURISME ET DE L’ARTISANAT ............................................................... 102
17. MINISTERE DE LA PROMOTION FEMININE, DE L’ENFANCE ET DES PERSONNES VULNERABLES .................. 105
18. MINISTERE DES AFFAIRES ÉTRANGERES, DE LA COOPERATION INTERNATIONALE, DE L’INTEGRATION
AFRICAINE ET DES GUINEENS DE L’ÉTRANGER .................................................................................................... 109
19. MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ........................... 111
20. MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE ................................................................................................ 113
21. MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT PRE-UNIVERSITAIRE ET DE L’ALPHABETISATION ...................................... 115
22. MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES DROITS DE L’HOMME ......................................................................... 118
23. MINISTERE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE .................................................... 122
24. MINISTERE DES INFRASTRUCTURES ET DES TRANSPORTS .......................................................................... 126
25. MINISTERE DU BUDGET ....................................................................................................................... 133
26. SECRETARIAT GENERAL DES AFFAIRES RELIGIEUSES .............................................................................. 137
ANNEXES ........................................................................................................................................ 138
MATRICE DES INDICATEURS ET CIBLES DE RESULTATS DU PRI ................................................................................. 139
MATRICE DES ACTIONS URGENTES ET STRUCTURANTES POST-IMMERSION .............................................................. 142
METHODOLOGIE DELABORATION DU PRI ........................................................................................................ 150
TABLEAU DE SYNTHESE DES INDICATEURS MACROECONOMIQUES ....................................................................... 153
4
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Situation de la convergence vis-à-vis des critères de la CEDEAO ............... 31
Tableau 2 : Indicateurs et cibles des résultats finaux du PRI ................................................. 43
Tableau 3 : Indicateurs et cibles des résultats de l’axe 1 du PRI .......................................... 45
Tableau 4 : Indicateurs et cibles des résultats de l’axe 2 du PRI .......................................... 47
Tableau 5 : Indicateurs et cibles des résultats de l’axe 3 du PRI .......................................... 49
Tableau 6 : Indicateurs et cibles des résultats de l’axe 4 du PRI .......................................... 52
Tableau 7 : Indicateurs et cibles des résultats de l’axe 5 du PRI .......................................... 54
Tableau 8 : Répartition par axe du coût global du PRI en milliards GNF .......................... 56
Tableau 9 : Répartition par axe du coût global du PRI en dollars USD .............................. 56
Tableau 10 : Répartition par axe du coût global du PRI en pourcentage ......................... 57
LISTE DES ENCADRÉS
Encadré 1 : Évaluation de la fragilité de la Guinée ............................................................... 22
Encadré 2 : Immersion gouvernementale dans les régions .................................................. 27
Encadré 3 : Les administrations déconcentrées et leurs besoins de refondation ......... 34
Encadré 4 : Inversion de la pyramide des âges dans la fonction publique ................... 36
Encadré 5 : Défis spécifiques attachés au RGPH IV ............................................................... 38
Encadré 6 : Importance socioéconomique de la digitalisation ........................................ 40
Encadré 7 : Enoncés des cibles 16.6 ;16.7 et 16.9 des ODD ................................................ 44
Encadré 8 : Enoncés des cibles 8.1 ; 8.2 ; 17,13 et 17.19 des ODD .................................... 46
Encadré 9 : Enoncés des cibles 16.3 ;16.10 et 17.17 des ODD ............................................ 49
Encadré 10 : Les fonds souverains au sens du PRI .................................................................. 57
5
LISTE DES ACRONYMES DES MINISTÈRES
PM
Primature
MDN
Ministère de la Défense Nationale
MJDH
Ministère de la Justice et des droits de l’homme
MCTA
Ministère de la Culture, du Tourisme et de l’Artisanat
MIT
Ministère des Infrastructures et des Transports
MSHP
Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique
MEDD
Ministère de l’Environnement et du développement durable
MATD
Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation
MESRSI
Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation
MMG
Ministère des Mines et de la Géologie
MUHAT
Ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Aménagement du Territoire
MJS
Ministère de la Jeunesse et des Sports
MPTEN
Ministère des Postes, des Télécoms et de l’Economie Numérique
MEFP
Ministère de L’Economie, des Finances et du Plan
MB
Ministère du Budget
MTFP
Ministère du Travail et de la Fonction Publique
MSPC
Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile
MCIPME
Ministère du Commerce, de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises
MPFEPV
Ministère de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables
MEPUA
Ministère de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation
METFP
Ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle
MAECIIAGE
Ministère des Affaires Étrangères, de la Coopération Internationale, de l’Intégration Africaine et des Guinéens de
l’Étranger
MAE
Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage
MPEM
Ministère de la Pêche et de l’Economie Maritime
MIC
Ministère de l’Information et de la Communication
MEHH
Ministère de l’Énergie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures
SGG
Secrétariat Général du Gouvernement
SGAR
Secrétariat Général des Affaires Religieuses
OGE
Organe de Gestion des Elections
HCGE
Haut Conseil des Guinéens de l’Étranger
CC
Cour des Comptes
CNT
Conseil National de la Transition
AJE
Agence Judiciaire de l’Etat
ANLC
Agence Nationale de Lutte contre la Corruption
6
NARRATIF DENSEMBLE
1. Refonder l’Etat tout en apportant des réponses adéquates aux défis
transformationnels et infrastructurels du pays, tels sont les chantiers structurants du
Programme de Référence Intérimaire de la Transition (PRI) 2022-2025. Ce Programme
a été élaboré, sous la coordination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, par
le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan (MEFP), en collaboration avec les
autres départements ministériels, avec l’implication du secteur privé, de la société et
des partenaires techniques et financiers, pour contribuer à la mise en œuvre de la
feuille de route du Gouvernement de Transition.
Refonder l’Etat
2. En prenant la direction du pays le 5 septembre 2021, le Comité National du
Rassemblement pour le Développement (CNRD), a clairement affiché sa volonté de
refonder l’Etat pour : (i) définitivement tourner la page de l’autocratie qui minait
dangereusement la stabilité des institutions nationales ; (ii) alléger les souffrances des
populations ; et (iii) rattraper les retards injustifiés de la Guinée sur le plan du
développement socio-économique. Cette refondation qui appelle à une profonde
transformation de l’Etat, tant dans son fonctionnement que dans son rapport avec
les citoyens, reposera sur une nouvelle constitution, une justice équitable, des
pratiques administratives rénovées, et une redevabilité accrue.
3. Les institutions nationales devront ainsi être reconstituées à l’aune de
l’exigence première de fourniture aux populations des services essentiels de quali,
sans distinction, avec comme finalité d’offrir davantage d’opportunités
économiques aux jeunes, aux femmes et aux personnes vulnérables. Cette volonté
forte, inspirée par les attentes légitimes du peuple de Guinée, a été partagée avec
les forces vives du pays du 14 au 23 septembre 2021, lors d’une série de concertations
nationales dont les conclusions ont servi de base à l’élaboration d’une charte. La
Charte consacre les valeurs et principes qui doivent guider la Transition et ses
organes, tout en définissant les missions qui lui sont dévolues.
Opérationnaliser la feuille de route de la Transition
4. Pour l’exécution de ces différentes missions, le Ministère de l’Economie, des
Finances et du Plan (MEFP) a été instruit par les plus hautes Autorités, pour élaborer
un Programme de Référence Intérimaire (PRI) couvrant la période de 36 mois, de la
Transition, pour : (i) décliner de manière opérationnelle, la feuille de route du
Gouvernement en actions cohérentes dans les différents secteurs ; (ii) disposer d’un
référentiel unique pour l’allocation des ressources budgétaires ; (iii) se doter d’un
support de dialogue avec les partenaires au développement ; (iv) définir un cadre
de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre des actions découlant de la feuille de
route.
5. Les choix stratégiques du PRI sont sous-tendus par un état des lieux rétrospectif,
basé sur les tendances démographiques, le profil social et environnemental du pays,
ainsi que sur l’évolution des agrégats macroéconomiques sur les dernières années. Ils
reposent également sur une analyse diagnostique centrée sur les fragilités
systémiques de la Guinée. Ces choix tiennent compte par ailleurs, des importants
atouts de développement, dont dispose le pays.
6. Le PRI a ainsi vocation à créer les conditions devant permettre à la Guinée de
répondre adéquatement à l’impératif de refondation de l’Etat. Un Etat résilient doté
d’une administration publique performante est un prérequis pour accroître
7
l’efficacité de l’action publique et faire face aux défis infrastructurels et
transformationnels. Dans le domaine infrastructurel, augmenter le stock du capital
physique aidera le pays à consolider les bases matérielles de son développement.
Dans le domaine transformationnel, les défis sont ceux qu’appellent : la transition
démographique, la transformation numérique, la diversification de l’économie et les
changements climatiques. La Guinée doit en effet disposer de capacités suffisantes
pour maximiser le dividende démographique qui représente un fort potentiel de
croissance économique nécessaire au financement du capital humain. Le pays doit
aussi profiter des mutations technologiques induites par la quatrième révolution
industrielle (Révolution 4.0), pour entrer dans la modernité, diversifier ses exportations
et accélérer la transformation structurelle de son économie. Dans le même temps, la
Guinée doit renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles et autres risques
environnementaux.
Théorie du changement axée sur la Transition
7. Les impératifs de la Transition sont tels qu’il serait utopique d’assigner au PRI
d’apporter des réponses exhaustives à tous les défis du développement de la
Guinée. En revanche ce Programme, pour être efficace, doit poser les jalons pour les
stratégies de développement futures du pays, tout en étant aligné sur la Charte et
sur les priorités politiques définies par le Président de la Transition dans son discours
d’investiture le 1
er
octobre 2021, dans son message à la Nation, le 2 octobre, de la
même année, sa lettre de mission adressée au Premier Ministre, ainsi que sur la Feuille
de route du Gouvernement. En outre, le PRI devra servir de tremplin pour maintenir le
pays sur la trajectoire définie par : (i) la Vision 2040 d’une Guinée émergente et
prospère ; (ii) par les agendas internationaux de développement, à savoir les
Objectifs de Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030, la Vision 2050 de la
CEDEAO et l’agenda 2063 de l’Union Africaine (UA) ; ainsi que sur (iii) les évolutions
constatées dans ces agendas à la suite des évaluations réalisées à l’échelle
nationale.
8. En tant qu’outil d’opérationnalisation de la feuille de route, le PRI contribuera
à travers ses interventions, à : (i) créer les conditions de paix et de sécurité ainsi qu’un
environnement institutionnel et macroéconomique stable durant la Transition ; et (ii)
permettre l’organisation d’élections libres, crédibles et transparentes à la satisfaction
de toutes les parties prenantes. Pour y parvenir le PRI articule sa stratégie
d’intervention autour des cinq (5) axes de la feuille de route du Gouvernement, à
savoir : (i) rectification institutionnelle ; (ii) cadre macroéconomique et financier ; (iii)
cadre légal et gouvernance ; (iv) action sociale, emploi et employabilité ; (v)
infrastructures, connectivité et assainissement.
Description des axes du PRI
9. L’objectif spécifique du PRI, à travers l’axe « rectification institutionnelle » est
de procéder aux arrangements institutionnels nécessaires à une bonne gouvernance
politique de la Transition de sorte à créer au terme de celle-ci, des bases solides pour
l’émergence d’institutions nationales, fortes et résilientes. Les actions prioritaires
envisagées devront permettre de : (i) rendre fonctionnels les organes de la Transition
telles que prévues par la Charte ; (ii) prendre les dispositions gislatives et/ou
règlementaires pour engager les réformes institutionnelles devant encadrer le retour
à l’ordre constitutionnel ; et (iii) organiser les élections de la base au sommet.
10. A travers l’axe « cadre macroéconomique et financier », les objectifs
spécifiques du PRI sont de : (i) assurer la continuité de l’Etat ; (ii) garantir la qualité de
8
la gestion publique ; (iii) améliorer la gestion financière et le cadre
macroéconomique. Il s’agira de : (i) préserver les grands équilibres financiers de
l’Etat ; (ii) procéder à des allocations stratégiques des ressources budgétaires ; (iii)
accroître l’efficacité de la dépense publique ; (iv) créer un environnement propice
au développement du secteur privé national, et attractif aux investisseurs étrangers ;
et (v) assurer la production régulière de statistiques fiables.
11. L’axe « cadre légal et gouvernance » du PRI vise de façon spécifique à assurer
la continuité des services publics dans les différents secteurs de la vie publique. Les
actions prioritaires prévues à travers cet axe, doivent permettre de : (i) poursuivre la
réforme et la modernisation de l’administration publique ; (ii) garantir l’Etat de droit
et le respect des libertés fondamentales, (iii) assurer un bon fonctionnement de
l’appareil judiciaire ; (iv) renforcer l’encadrement légal et règlementaire des secteurs
clés de la vie publique (information institutionnelle, auto-entrepreneuriat, la
programmation militaire, la mobilité des personnels des administrations publiques…);
et (v) promouvoir la moralisation de la vie publique à travers la lutte contre la
corruption et le renforcement de la redevabilité.
12. L’objectif spécifique du PRI à travers l’axe « action sociale, emploi et
employabilité » est de réduire les inégalités socio-économiques ainsi que les disparités
de genre, tout en créant les conditions nécessaires au renforcement de l’action
sociale, à la création de l’emploi et à la promotion de la concorde nationale. Les
actions prioritaires prévues à travers cet axe, doivent permettre de : (i) mettre en
place un cadre incitatif favorable à l’emploi ; (ii) promouvoir la formation à l’auto-
emploi des jeunes ; (iii) promouvoir l’autonomisation des femmes ; (iv) organiser la
protection sociale publique ; (v) renforcer l’employabilité et l’inclusion des personnes
vulnérables.
13. L’axe « infrastructures, connectivité et assainissement » vise de façon
spécifique, à assurer sur toute l’étendue du territoire : (i) la desserte des régions
administratives du pays ; (ii) la fluidité des trafics routier, aérien et numérique ; tout en
renforçant les infrastructures de la défense et de la sécurité, de la justice et des
secteurs sociaux. Les actions envisagées suivant cet axe, devront permettre de : (i)
améliorer la mobilité des personnes et la circulation des biens et services ; (ii) renforcer
l’accès et l’accessibilité aux services sociaux de base ; (iii) élaborer et mettre en
place des politiques et stratégies environnementales et d’aménagement du
territoire.
Mise en œuvre, suivi et évaluation
14. D’un point de vue temporel, le PRI sera mis en œuvre sur toute la durée de 36
mois fixée pour la période de la Transition. Aussi, pour les besoins de la
programmation, cette période a été découpée en 3 phases de 12 mois chacune :
(i) la phase de fondation (phase # 1) ; (ii) la phase de consolidation (phase # 2) ; et
(iii) la phase d’achèvement (phase # 3). Chacune de ces phases correspond à des
étapes clés du processus transitionnel.
15. Le coût global du PRI compatible avec le cadrage macroéconomique
élaboré sur la période de la Transition, est de 108 000 milliards GNF, soit 12 273 millions
de dollars des États-Unis (USD).
16. Les capacités nationales de mobilisation de ressources publiques permettront
de disposer d’un montant de 78 000 milliards GNF sur les 108 000 milliards GNF requis
pour toute la période de mise en œuvre du PRI. Il en résulte un besoin de financement
9
de 30 000 milliards GNF (soit 3 409 millions dollars USD). L’option du Gouvernement est
de couvrir ce besoin de financement à travers : (i) l’accroissement de l’épargne
intérieure publique ; (ii) le recours à l’emprunt ; (iii) la mise en place d’un fonds
souverain ; et (iv) l’organisation d’une Table Ronde des bailleurs de fonds.
17. Pour la mise en œuvre du PRI, l’Etat recourra aux instruments de politique
économique dans le strict respect des équilibres macroéconomiques. Le principe de
soutenabilité sous-tendra la politique budgétaire. La sincérité guidera les estimations
de recettes et de dépenses et la prudence prévaudra en matière d’endettement.
Les politiques monétaire et de change continueront d’être utilisées pour maîtriser
l’inflation et stabiliser le taux de change dans la perspective d’une compétitivité
extérieure accrue.
18. S’agissant de la gestion budgétaire, le PRI sera exécuté en conformité avec
les dispositions de la Loi Organique Relative aux lois de Finances (LORF). A ce titre,
l’Etat aura recours : (i) au CBMT (Cadre Budgétaire à Moyen Terme) ; (ii) au CDMT
(Cadre de Dépenses à Moyen Terme) global ; aux CDMT sectoriels, pour encadrer la
programmation pluriannuelle des dépenses ; et (iv) au PIP (Programme
d’investissement Public), pour la budgétisation des projets de développement.
19. Les principes de la GAR (Gestion Axée sur les Résultats) vont guider la mise en
œuvre, le suivi et l’évaluation du PRI. Pour ce faire, une matrice des indicateurs et des
cibles de résultats du PRI est élaborée pour servir de support à l’élaboration par le
Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, du rapport annuel de mise en
œuvre du PRI.
20. L’approbation du PRI sera faite en trois (3) étapes : (i) présentation par le
Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, de l’avant-projet du PRI au Conseil
Interministériel puis au Conseil des Ministres ; (ii) transmission par le Gouvernement du
projet du PRI, après son adoption, au Conseil National de la Transition (CNT) qui
votera la loi portant Programme de Référence Intérimaire 2022-2025 ; et (iii) la
promulgation par le Président de la Transition de cette dernière, donnant ainsi, force
exécutoire au PRI.
Analyse des risques
21. La mise en œuvre du PRI pourrait être perturbée par des risques d’ordre
politique, macroéconomique, sanitaire et environnemental.
22. Sur le plan politique, les facteurs de risques sont : (i) l’absence persistante de
consensus au sein de la classe politique sur la conduite de la Transition ; et (ii) les
réserves éventuelles de la CEDEAO sur la durée de celle-ci. Les mesures d’atténuation
sont : (i) la poursuite de la politique de la main tendue à toutes les sensibilités
politiques, et (ii) l’instauration d’un dialogue permanent et constructif avec la
CEDEAO sur les enjeux de la Transition guinéenne et ses spécificités.
23. Sur le plan macroéconomique, le principal facteur de risque est l’exacerbation
par la crise russo-ukrainienne, des poussées inflationnistes induites par les chocs
d’offre et de demande provoqués par la Covid-19. Les mesures d’atténuation sont :
(i) la politique de relance post Covid-19 mise en œuvre par les autorités ; (ii) les
initiatives gouvernementales contre la vie chère ; et (iii) la préservation des grands
équilibres internes et externes de l’Etat, en tant que priorité du PRI.
24. Sur le plan sanitaire, le principal facteur de risque est lié à : (i) la récurrence des
épidémies (méningite, poliomyélite, rougeole, Ébola, Covid-19 puis Marburg) et (ii)
l’apparition des maladies émergentes à fort potentiel épidémique, comme la fièvre
10
de Lassa et la variole du singe. Le choix des autorités pour atténuer ce risque, est de
doter le pays, en cohérence avec le Plan National de Développement Sanitaire
2015-2024, d’un Plan-cadre de résilience aux chocs épidémiques, en tant que
dispositif permanent de la gouvernance des épidémies en République de Guinée.
25. Sur le plan environnemental, les facteurs de risques sont outre, les
caractéristiques physiques de la Guinée : (i) la forte empreinte écologique induite par
l’extraction minière ; et (ii) la dégradation d’origine anthropique des écosystèmes,
provoquée par les activités agricoles, pastorales et halieutiques. Pour atténuer ce
risque, les autorités entendent créer les conditions pour que les priorités
opérationnelles du PRI en matière environnementale puissent être concrétisées. En
complément, le Gouvernement s’engage à poursuivre et à renforcer les mesures
d’adaptation et de résilience.
11
AVANT-PROPOS
26. Depuis la prise du pouvoir par le Comité National du Rassemblement pour le
Développement (CNRD), le 5 septembre 2021, des actes majeurs ont été posés par
les nouvelles autorités. Parmi ces actes, il convient de citer la libération des détenus
politiques, le maintien de la sécurité des personnes et de leurs biens, la réouverture
des frontières terrestres avec les pays voisins, la démilitarisation des centres urbains et
la promulgation de la charte de la Transition qui consacre les droits de l’homme et
de la personne et définit un mode de dialogue consensuel pour aboutir à une
nouvelle Guinée.
27. Ces efforts remarquables en si peu de temps ont été couronnés par : (i) la
désignation d’un Chef du Gouvernement civil ; (ii) la présentation par le Premier
Ministre de la feuille de route du Gouvernement de Transition ; (iii) la mise en place
du Conseil National de la Transition (CNT) et la nomination des membres de son
bureau ; (iv) la création et l’installation de la Cour de Répressions des Infractions
Économiques et Financières (CRIEF) ; (v) le lancement des poursuites judiciaires à
l’encontre des citoyens soupçonnés de détournements de deniers publics et de
crimes de sang ; (vi) l’adoption du chronogramme et de la durée de la Transition .
Les actes ainsi posés, concrétisent la volonté manifeste du CNRD d’opérer un
changement en profondeur en vue de léguer aux générations futures un pays apaisé
avec de meilleurs perspectives.
28. C’est dans ce contexte que le Ministère de l’Economie, des Finances et du
Plan, sous la coordination du Premier Ministre, a pris l’initiative d’élaborer le
Programme de Référence Intérimaire (PRI) en tant qu’outil d’opérationnalisation de
la feuille de route de la Transition. Le PRI devra permettre la mise en place, grâce à
l’organisation d’élections libres, crédibles et apaisées, des fondements d’un Etat
moderne et démocratique, doté d’institutions fortes et efficaces. Il se veut aussi, un
instrument de plaidoyer pour la mobilisation des ressources nécessaires à sa mise en
œuvre, dans le souci constant d’amélioration des conditions de vie des populations
guinéennes.
Rose Pola PRICEMOU
Ministre du Plan et de la Coopération
Internationale
12
INTRODUCTION
29. Le changement intervenu en Guinée, le 5 septembre 2021, avec l’avènement
à la tête du pays, du Comité National du Rassemblement pour le Développement
(CNRD) a ouvert une nouvelle ère dans la vie de la Nation. Au cours des dernières
années, le pays a connu des crises récurrentes sur le plan politique, économique,
social et sanitaire.
30. Ces nombreuses crises socio-politiques ont provoqué un dysfonctionnement
des institutions constitutionnelles, une justice aux ordres, la violation des droits et des
libertés collectives et individuelles et la corruption généralisée de l’administration
avec son corollaire de détournements de deniers publics. Cette situation n’a pas
permis à la Guinée de transformer son énorme potentiel en prospéri pour les
populations. Le pays continue de vivre dans une pauvreté persistante et une fragilité
multidimensionnelle, qui s’explique en partie par la mal gouvernance. Au nombre des
manifestations de cette fragilité, il y a le faible niveau d’éducation civique et
citoyenne d’une bonne partie de la population, et l’utilisation des spécificités
ethniques et régionales à des fins politiques. Il y a aussi, les inégalités socio-
économiques liées au genre et à l’âge. Sur le plan politique, le leadership à la tête
de l’Etat, tendait à l’autocratie et aux passe-droits.
31. Au lendemain de sa prise du pouvoir, le CNRD s’est engagé dans de larges
consultations des forces vives de la Nation qui ont débouché sur l’adoption d’une
charte de la Transition, le 27 septembre 2021. La Charte de la Transition consacre en
son article 1
er
, les valeurs et principes devant guider la Transition, ses organes et
l’ensemble des personnalités appelées à la conduire. C’est pour traduire en actions
concrètes les missions de cette Transition, telles que définies à l’article 2 de la Charte,
ainsi que la feuille de route du Gouvernement, que le Ministère de l’Economie, des
Finances et du Plan, a pris l’initiative de mettre à la disposition du Gouvernement, un
Programme de Référence Intérimaire (PRI). De façon spécifique, le PRI vise deux
objectifs : (i) créer les conditions de paix et de sécurité ainsi qu’un environnement
institutionnel et macroéconomique stable, durant la Transition ; et (ii) organiser des
élections libres, crédibles et transparentes à la satisfaction de toutes les parties
prenantes.
32. Le PRI repose sur les référentiels nationaux et internationaux, notamment la
Charte de la Transition du 27 septembre 2021, l’Étude Nationale Prospective « Guinée,
vision 2040 », l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, la vision 2050 de la CEDEAO et les
Objectifs de Développement Durable (ODD) à l’horizon 2030. Le PRI a pour principaux
référentiels politiques, le discours d’investiture du Président de la Transition du 1er
octobre 2021, son message à la Nation lors de la fête du 02 octobre 2021 et sa lettre
de mission adressée au Premier Ministre.
33. Le PRI est articulé autour de cinq (5) chapitres. Le premier chapitre part d’un
état des lieux pour poser le diagnostic de la situation du développement du pays. Le
second se fonde sur les référentiels mentionnés ci-dessus, pour articuler la stratégie
d’intervention, du Programme autour de cinq (5) axes, à savoir : (i) rectification
institutionnelle ; (ii) cadre macroéconomique et financier ; (iii) cadre légal et
gouvernance ; (iv) action sociale, emploi et employabilité des jeunes ; (v)
infrastructures, connectivité et assainissement. Le troisième présente de façon
détaillée par axe, les options stratégiques et les priorités opérationnelles du
Programme. Le quatrième chapitre est consacré aux modalités de mise en œuvre
13
de suivi-évaluation, d’approbation et une analyse des risques. Le cinquième chapitre
présente le cadre opérationnel du PRI détaillé par ministère.
34. Le présent document de programme contient quatre (4) annexes qui en font
parties intégrantes. Il s’agit : (i) de la matrice des indicateurs et des cibles de résultat
du PRI ; (ii) de la matrice des actions urgentes et structurantes post-immersion
gouvernementale ; (iii) la méthodologie d’élaboration du PRI ; et (iv) des tableaux de
synthèse des indicateurs macroéconomiques.
14
1. ANALYSE SITUATIONNELLE
35. L’analyse situationnelle consiste en un état des lieux complété par un
diagnostic. L’état des lieux est descriptif et basé sur les données démographiques, les
agrégats macroéconomiques, les indices de pauvreté et les indicateurs de
conditions de vie. Le diagnostic est systémique et centré sur la fragilité évaluée
suivant l’approche du New Deal
1
.
1.1. TENDANCES DÉMOGRAPHIQUES
36. Cette section présente : (i) la structure et les traits caractéristiques de la
population guinéenne ; (ii) le profil du dividende démographique ; (iii) la répartition
spatiale et l’urbanisation ; ainsi que (iv) le profil migratoire national.
1.1.1. Structure et traits caractéristiques de la population
37. Estimée en 2021 à 12,9 millions d’habitants, sur la base des données du
Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH III) de 2014, la
population guinéenne se caractérise par : (i) une majorité de femmes (52%) dont plus
de 6 sur dix (64,3%) sont en âge de procréer ; et (ii) une croissance rapide au taux
annuel de 2,9%, qui fait doubler le nombre d’habitants tous les 30 ans.
38. Jeunesse de la population. La population guinéenne est en majorité jeune :
52% ont moins de 18 ans et 64% sont âgés de moins de 25 ans (RGPH III, 2014). Les
personnes âgées (60 ans et plus) ne représentent que 6% de la population. Ce trait
caractéristique de la Guinée est une opportunité en termes de dividende
démographique ; mais aussi un défi majeur pour le système éducatif guinéen, en
particulier, et pour l’équilibre social, en général. Au rythme actuel, la demande
potentielle d’éducation
2
augmentera de 54% en 15 ans, (en passant de 5,2 millions
en 2014 à 8 millions en 2030). Le corollaire est l’afflux sur le marché du travail d’un
nombre de plus en plus croissant de jeunes à qui il faudrait trouver de l’emploi, au
risque de les exposer aux fléaux sociaux tels que le banditisme, la prostitution, la
délinquance, l’alcoolisme, etc.
39. Fécondité. Quoiqu’en baisse ces dernières années, le taux de fécondité des
femmes guinéennes reste élevé. L’indice synthétique de fécondité (ISF) ou nombre
moyen d’enfants par femme est passé de 5,7 enfants en 2005 à 5,1 enfants en 2012,
puis à 4,8 en 2018, soit une baisse d’environ 8% par an entre 2005 et 2018. Cette baisse
de la fécondité est observée beaucoup plus chez les femmes instruites, dans les
milieux urbains et chez les adolescentes en lien avec l’augmentation de l’âge
médian au premier mariage qui est passé de 16,2 ans en 2005 à 18,5 ans en 2018.
Globalement, les tendances d’utilisation des méthodes modernes de planification
familiale sont en hausse. La proportion de femmes de 15-49 ans en union utilisant une
méthode moderne est passée de 5% en 2012 à 11% en 2018 (EDS-MICS), soit une
progression de 6 points en vingt ans. Cependant, ce niveau de progression demeure
1
Le New Deal est un engagement conclu entre les membres du Dialogue international sur la
consolidation de la paix et le renforcement de l'État, composé du groupe g7+ formé par 20 pays en
situations de conflit et de fragilité, des partenaires au développement et des organisations
internationales.
L’Engagement repose sur trois piliers : (i) les objectifs de consolidation de la paix et de renforcement de
l'État, (ii) une priorité à l'engagement à soutenir des voies appropriées et dirigées par les pays pour sortir
de la fragilité, et (iii) une confiance mutuelle et des partenariats étroits entre les pays et leurs partenaires
internationaux.
2
La demande potentielle d’éducation concerne la population âgée de 4 à 24 ans.
15
absolument faible au regard de l’objectif de 18,52 % en 2023 et 23% en 2030. Des
efforts importants devraient être faits pour accélérer l’accès et l’utilisation des
produits contraceptifs afin de réduire le taux de dépendance démographique. A
l’opposé de ces avancées, le déclin rapide de la fécondité est freiné par les
pesanteurs socio-culturelles et la faiblesse voire, l’absence d'éducation sexuelle chez
les jeunes et adolescents, filles et garçons.
40. Mortalité. L’espérance de vie à la naissance s’est accrue, passant de 58,9 ans
en 2014 à 61,4 ans en 2021. De 2015 à 2021, le taux de mortalité infantile reste autour
de 60%.
1.1.2. Profil du dividende démographique
41. L’extrême jeunesse de la population accroit les rapports de dépendance par
rapport à la population en âge d'activité (15-64 ans) ainsi que le poids des
investissements sociaux, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation,
de l'emploi et des loisirs.
42. Le profil
3
pays du dividende démographique indique que les jeunes guinéens
entrent tardivement dans l’activité économique : l’âge de début de création du
surplus économique se situe à 29 ans, et la fin du surplus survient à 63 ans. La somme
des déficits de la jeunesse et de la vieillesse dépasse largement le surplus engrangé
par la population active « 51 % contre 15 % du PIB ». L’ampleur du déficit global du
cycle de vie (LCD) est la conséquence de l’extrême jeunesse de la population.
43. Le ratio de soutien économique (rapport entre le nombre de producteurs
effectifs et le nombre de consommateurs effectifs) est de 41%, soit 41 travailleurs
effectifs qui prennent en charge 100 consommateurs. Il en résulte un taux de
dépendance de 81,1. Quoique élevé, ce ratio est cependant, légèrement en-
dessous de celui de l’Afrique subsaharienne (86,0) et des pays à faible revenu (87,0).
En 2040, le ratio de soutien économique est estimé à 47% et serait de 50% en 2050, si
les conditions sont réunies.
1.1.3. Répartition spatiale et urbanisation.
44. La population est inégalement répartie sur le territoire national : 3 guinéens sur
10 sont installés à Conakry et Kindia, sur à peine 12% de la superficie totale, alors que
les régions de N’Zérékoré, Kankan, Faranah et Boké, hébergent 53% de la population
sur près de 73% du territoire national. Cette disparité accentue les écarts entre les
villes et les campagnes en matière d’accès aux services de base (eau potable,
électricité et desserte routière)
45. L’urbanisation de la Guinée reste faible mais en pleine croissance. Elle est
passée de 29% en 1996 à 35% en 2014 avec une prédominance de Conakry qui abrite
46% de la population urbaine, soit plus d’un million d’habitants. Coyah, N’Zérékoré,
Kankan et Boké sont des villes secondaires (entre 200 000 et 300 000 habitants
chacune). Cette urbanisation présente les caractéristiques suivantes : (i) elle n’est pas
corrélée avec la croissance économique, contrairement aux constats faits dans les
pays comparables ; (ii) elle n’est pas accompagnée de plans d’aménagement avec
comme corollaires, le développement de bidonvilles et l’installation des citadins les
plus pauvres dans les zones à risque.
3
Ce profil a été élaboré par le Centre Régional en Economie Générationnelle (CREG) de l’Universi
de Thiès (2017)
16
1.1.4. Profil migratoire.
46. Depuis une dizaine d’années, de manière croissante, la migration irrégulière
des jeunes vers l’Europe est devenue une source de préoccupation majeure pour les
autorités. Le pays connait également des mouvements migratoires internes liés au
processus d’urbanisation qui intéresse principalement la capitale Conakry, et à la
migration de travail vers les zones minières et industrielles.
47. Selon le RGPH-3 de 2014, la Guinée compte 164 733 étrangers résidents sur son
territoire, soit 1,57% de la population guinéenne. La majorité des immigrés en Guinée
sont originaires des pays frontaliers, en particulier la Côte d’Ivoire (41 000), la Sierra
Leone (36 000) et le Sénégal (23 000), suivi par le Libéria et le Mali. Trente-huit
pourcent (38%) de la population étrangère sont établis dans la capitale Conakry. Le
reste des immigrés réside à proximité des frontières respectives du pays d’origine.
48. L’émigration guinéenne est historiquement composée d’une population jeune
et orientée traditionnellement vers les pays de la sous-région. A la mobilité de travail
traditionnelle centrée sur la CEDEAO s’est substituée, à partir de 2015, une mobilité
irrégulière en direction de l’Europe. Entre 2017 et 2020, les ressortissants guinéens sont
la deuxième nationalité la plus représentée parmi les quelques 535 632 migrants
arrivés en Europe (OIM, 2020)
4
. Au nombre des facteurs explicatifs de cette migration,
il y a : la pression sociale, la dégradation des conditions de vie des ménages même
en zone urbaine, et l’existence de réseaux de proches et d’amis facilitant
l’organisation du projet migratoire.
49. En Guinée, les retombées les plus fréquemment mentionnées de l’émigration
sont les transferts de fonds et les investissements des Guinéens de l’étranger vers le
pays d’origine. En 2015, ces transactions avoisinaient 93 millions de dollars USD, soit
1,53% du PIB. Les immigrés présents en Guinée contribuent également à la croissance
économique du pays. Ainsi, 54% des migrants de la CEDEAO installés à Conakry ont
créé au moins une entreprise (dont 69% sont informelles). Cette création d’entreprises
par les migrants de la CEDEAO a généré des emplois, parmi lesquels 69% sont
occupés par des Guinéens.
1.2. PROFIL SOCIAL
50. Cette section décrit : (i) la dynamique de réduction de la pauvreté ; (ii)
l’évolution de l’Indice du Développement Humain (IDH) sur une longue période ; et
(iii) l’état du capital humain, dans ses principales dimensions : l’éducation, la santé,
la nutrition, la protection sociale et les questions du genre.
1.2.1. Pauvreté.
51. Selon les résultats de l’Enquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des
Ménages (EHCVM) 2018-2019, le taux de pauvreté monétaire est passé de 55,2% en
2012 à 43,7%
5
en 2019. L’incidence de la pauvreté multidimensionnelle est de 54,3%
en 2019 contre 63,4% en 2012. Bien que les méthodologies utilisées pour,
respectivement, l’EHCVM et l’ELEP
6
, soient différentes, tous les analystes s’accordent
sur un recul de la pauvreté entre 2012 et 2019. Pour l’année 2020, il est fort probable
4
Organisation Internationale pour les Migrations (mars 2021) : Routes de la migration irrégulière vers
l’Europe. Afrique de l’Ouest et du Centre, Janvier-Décembre 2020, consulté le 11 juin 2021,
5
Résultats de lEnquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM) 2018-2019
6
Enquête Légère d’Évaluation de la Pauvreté (ELEP)
17
que la pauvreté ait augmenté, sous l’effet de la crise sanitaire de la Covid-19 et de
la stagnation de l’activité économique qui s’en est suivie.
52. La pauvreté est nettement plus prononcée en milieu rural qu’en milieu urbain.
Elle est estimée à 55,4% en milieu rural contre 22,4% en milieu urbain. L'extrême
pauvreté dans les zones rurales est estimée à 33,4%, contre 4,4% dans les zones
urbaines. La profondeur de la pauvreté est également plus importante dans les zones
rurales, avec un écart de pauvreté d'environ 16,9%, contre 4,5% dans les zones
urbaines. Ces résultats soulignent que les pauvres qui vivent dans les zones rurales sont
dans une situation pire que celle de leurs homologues urbains. La sévérité de la
pauvreté est estimée à 7,0% en milieu rural, reflétant une inégalité modérée parmi les
pauvres.
53. Ces différences régionales de pauvreté monétaire se reflètent dans les
résultats de l'incidence de la pauvreté multidimensionnelle, Labé et Faranah
présentent les taux les plus élevés (68,7% et 71,3%, respectivement) tandis que
Conakry affiche de loin, le taux le plus faible (16%) ».
1.2.2. Développement humain.
54. L’Indice de Développement Humain (IDH) de la Guinée s’est établi à 0,466 en
2018, confirmant ainsi la tendance à la hausse dans laquelle, il s’est inscrit depuis
2010. Malgré cette évolution, le pays reste classé à la 174
ème
place sur 189 pays. Une
position qui le situe dans la catégorie des pays à « faible développement humain »
55. En revanche, sur la période allant de 1990 à 2019, l’IDH de la Guinée a
progressé de 0,282 à 0,477, soit une hausse de 69,1%. Cela montre les progrès
considérables accomplis dans l’amélioration des conditions de vie de la population.
Ainsi, au cours de la période 1990-2019 :
l’espérance de vie à la naissance (projetée) a augmenté de 11,6 années ;
la durée moyenne de scolarisation a augmenté de 1,6 années et la durée
attendue de scolarisation a augmenté de 6,5 années ;
le revenu national brut (RNB) par habitant a augmenté d’environ 71,2% entre
1990 et 2019.
56. Relativement à la moyenne de l’Afrique subsaharienne et aux pays à faible
développement humain, la Guinée reste en retard. Toutefois, l’écart d’IDH de la
Guinée avec les pays d’Afrique subsaharienne s’est réduit au fil du temps. Cet écart
est passé de 0,078 en 2015 à 0,070 en 2019.
57. Le développement humain en Guinée est assez inégalitaire. La prise en
compte des inégalités dans les calculs, engendre une perte globale de 34,4% de la
valeur de l’IDH qui passe de 0,477 à 0,313, avec un coefficient d’inégalientre les
personnes de 33,1% en 2019.
1.2.3. Etat du capital humain
58. Un enfant en Guinée aujourd’hui, ne peut espérer atteindre que 37% de
son potentiel productif à l’âge adulte
7
. Un résultat en deçà de ce qui est espéré étant
donné le PIB par tête du pays. Cette valeur de l’Indice du Capital Humain (ICH)
reflète la situation de la Guinée dans les domaines de la santé, de l’éducation et du
genre.
7
Banque mondiale, 2020. L’Indice du Capital Humain (ICH) de la Guinée était de 0,37 en 2020.
18
59. Éducation. Les enfants qui atteignent l’âge d’aller à l’école ne vont pas tous à
l’école ; et tous ceux qui sont inscrits ne terminent pas les trois premiers cycles
(primaire, collège, lycée). Le nombre moyen d’années d’études en Guinée pour les
enfants âgés de 18 ans, est de 7 ans pour une durée de scolarité attendue de 14 ans.
L’enseignement technique et professionnelle ainsi que l’enseignement supérieur
peinent toujours à répondre aux besoins de l’économie. Le niveau de connaissance
accumulé dans le système scolaire guinéen par les enfants âgés de 18 ans est
relativement faible, avec un score de 408 points sur une échelle de 625 points de
performance attendue. La performance du système éducatif est affectée par : (i) les
conséquences des grèves des enseignants que sont, les rentrées scolaires tardives,
les arrêts de cours fréquents et les pertes d’effectifs ; (ii) les disparités entre filles et
garçons en matière d’accès et de rétention, particulièrement au niveau secondaire ;
et (iii) l’impact négatif de la Covid-19 sur la scolarisation des enfants des familles
démunies. La conjugaison de tous ces facteurs explique en partie, l’existence d’une
main d’œuvre non qualifiée, ce qui constitue un obstacle à la productivité, à une
croissance accélérée et à la réduction de la pauvreté.
60. Tendances de la scolarisation. Au cours de la période 2006-2018, la couverture
scolaire mesurée par le taux brut de scolarisation (TBS) est passé de 10% à 25% au
préscolaire ; de 91% à 106% au primaire. Une certaine stagnation de la couverture
est toutefois notée au 1
er
cycle du secondaire autour de 50% puis une évolution
erratique de la couverture scolaire au lycée qui est passée de 25% à 31% entre 2006
et 2016 avant de baisser à 25% en 2018. Ces sultats indiquent que : (i) une frange
importante d’enfants en âge préscolaire ne sont pas scolarisés ; (ii) des progrès sont
enregistrés dans l’accès universel dans le primaire ; et (iii) une proportion non
négligeable d’adolescents grandissent sans avoir atteint ou achevé les cycles
d’enseignement du secondaire.
61. Qualité de l’éducation primaire et secondaire. L’éducation primaire en Guinée
est caractérisée par une qualité relativement faible. Le taux d’achèvement de
l’enseignement primaire est passé de 68,2% en 2016 à 54,4% en 2019 (soit une baisse
de 13,8 en point de pourcentage) dont 62,8% de garçons et 46,6% de filles. S’agissant
du taux d’achèvement du premier cycle du secondaire, la tendance est également
à la baisse. En 2015, le taux brut d’achèvement du premier cycle du secondaire était
de 31,5% contre 17, 2% en 2019. A la fin du cycle primaire 55,3% des élèves guinéens
n’atteignent pas le seuil de compétence en lecture, et 67,6% en mathématiques. La
qualité des enseignements primaire et secondaire s’est dégradée au fil des années.
Cette situation affecte plus les zones rurales que les zones urbaines, et plus les filles
que les garçons.
62. Facteurs explicatifs de la situation des filles en matière de scolarisation. Les
attitudes et comportements discriminatoires reproduits à l’école par certains
enseignant(e)s sous forme de violence verbale, physique, psychologique ou sexuelle
ne créent pas un environnement favorable au maintien et à la réussite des filles à
l’école. A cela, viennent s’ajouter la faiblesse des dispositifs d’hygiène menstruelle
dans les écoles ainsi que le tabou qui continue de couvrir ce phénomène biologique.
Ces différents facteurs constituent des causes de découragement, d’absentéisme,
de déperdition scolaire, de vulnérabilité aux grossesses non désirées, aux IST et au VIH
/SIDA pour les filles. Il peut être également cité d’autres facteurs tels que : (i) la charge
de travail à domicile ; et (ii) les disparités entre filles et garçons en matière d’accès et
de maintien dans le système éducatif.
19
63. Alphabétisation et Éducation Non-Formelle (AENF). Les données disponibles en
ce domaine, indiquent
8
, entre 2014 et 2019, une progression du taux
d’alphabétisation des adultes de 15 ans et plus, au niveau national (de 32 à 39,6%),
en milieu rural (de 17,6 à 24,4%) et en milieu urbain (de 55,4% à 63,6%). Deux questions
essentielles méritent d’être adressées pour promouvoir l’AENF. Il s’agit de la qualité
des offres d’AENF adaptées au contexte et aux besoins et caractéristiques des
groupes concernés et des impératifs de développement du pays et du renforcement
du mécanisme de pilotage, de coordination, de financement et de suiviévaluation
de la politique d’AENF, pour le rendre efficace et efficient.
64. Santé et nutrition. L’analyse des performances enregistrées au cours de la
période 2016-2020, met en évidence, de façon globale, une certaine progression des
indicateurs de santé, du fait des efforts enregistrés dans l’amélioration de la
couverture en infrastructures sanitaires, l’utilisation des services de santé, la gratui
des soins obstétricaux et néonataux d’urgence, le recrutement de nouveaux agents
de santé, la rénovation et l’équipement de certains hôpitaux, la création d’équipes
d’alerte et de riposte contre les épidémies, la construction de centres de traitement
épidémiologique, et la mobilisation des ressources en faveur du système de santé.
Cet état des lieux est basé sur les éléments d’appréciation ci-après :
65. Santé maternelle. Le taux de mortalité maternelle, qui était de 980 décès pour
100.000 naissances vivantes en 2005 (EDS) a chuté à 550 en 2016 (MICS)
9
. Nonobstant
ces baisses, ce taux reste toujours préoccupant
10
. La proportion de femmes ayant
effectué 4 visites prénatales ou plus a augmenté entre 1999 (49%) et 2012 (57%), puis
elle a chuté à 35,3% en 2019
11
. En revanche, la proportion de naissances vivantes
ayant eu lieu dans un établissement de santé a augmenté graduellement de 29 %
en 1999 à 40 % en 2012, pour atteindre 53 % en 2018. Globalement, 55 % des
naissances ont été assistées par un prestataire formé en 2019
12
, la majorité a été
assistée par une infirmière ou sage-femme. Les principaux facteurs occasionnant les
décès maternels sont : une couverture sanitaire insuffisante, un déploiement
insuffisant des ressources humaines qualifiées, une faible disponibilité et une mauvaise
qualité des soins maternels qui ont abouti à un taux d’accouchement encore moyen
(53%). La pauvreté, le faible statut des femmes et le faible niveau d’éducation des
filles constituent des facteurs sous-jacents de cette situation qui limitent la demande
sociale de santé.
66. Santé de l’enfant. Les indicateurs relatifs à la santé de l’enfant se sont
légèrement améliorés au cours des dix dernières années. En comparant les résultats
des deux dernières enquêtes démographiques et de santé (EDS 2012 et EDS 2018), il
apparaît que les taux de mortalité néonatale et post-néonatale ont stagné,
respectivement à 32 pour 1 000 et 34 pour 1 000. Le taux de mortalité infantile a baissé
d’environ 1 pour 1 000 et les taux de mortalité juvénile (60 pour 1 000 en 2012 et 48
pour 1 000 en 2018) et infanto-juvénile (123 pour 1 000 en 2012 et 111 pour 1 000 en
2018). En ce qui concerne la mortalité des enfants de moins de cinq (5) ans, son taux
reste orienté vers la baisse et de manière continue depuis 1999. Selon le sexe, le
niveau de la mortalité infanto-juvénile des garçons est supérieur d’environ 5% par
8
RGPH 2014 et EHCVM 2018-2019
9
Source : Rapport diagnostic des indicateurs du capital humain en Guinée, juin 2020
10
Les pays comme le Mali (368 décès pour 100 000 naissances), le Togo (401 décès pour 100 000
naissances) et le Niger (535 décès pour 100 000 naissances) sont tous à des niveaux de mortalité
maternelle plus bas que la Guinée
11
Source : Rapport annuel de performance 2019 de mise en œuvre du PNDES 2016-2020, décembre 2020
12
ibid.
20
rapport à celui des filles (114‰ contre 108‰). Et selon le milieu de résidence, le taux
est environ deux fois plus élevé en milieu rural (131‰) qu’en milieu urbain (60‰).
Conakry (37‰) présente un taux plus faible que celui des autres villes du pays (76‰).
Des écarts importants sont observés entre les régions administratives.
67. VIH/SIDA. Le taux de prévalence du VIH est resté stable entre 2005 et 2018
(1,5%), avec une légère baisse en 2012 (1,4%), selon les résultats des différents EDS. En
2018, chez les personnes de 15 à 49 ans, il est de 1,6% chez les femmes et 1,3% chez
les hommes. Le pic de prévalence du VIH chez les femmes se situe à 30-34 ans (2,5%)
et parmi les hommes, il est atteint à 35-39 ans (2,2%). La prévalence du VIH est plus
élevée en milieu urbain (2,0%) qu’en milieu rural (1,1%) en 2018 (EDS, 2018)
68. Paludisme. Le paludisme constitue la principale cause de décès de la
population, en particulier les enfants de moins de 5 ans. Selon les données du système
d’information statistique de la santé, 48% des décès enregistrés dans les formations
sanitaires du pays sont causées par le paludisme (simple et grave) dont la prévalence
est de 17% (selon EIPAG 2021). Il est suivi par les anémies (12%), la malnutrition (11%)
et les infections respiratoires aigües (IRA) avec 9%.
69. Nutrition. La prévalence de la malnutrition chronique est estimée à 30% et la
malnutrition aiguë globale à 9% (EDS 2018). Environ 16 % des enfants de moins de 5
ans présentent une insuffisance pondérale ou sont trop maigres par rapport à leur
âge. Entre 1999 et 2018, les prévalences du retard de croissance, de l’émaciation et
de l’insuffisance pondérale sont restées quasiment stables, passant respectivement
de (31 à 30%) ; (10 à 9%) et (19 à 16%). Seulement 22% des enfants de moins de 5 ans
souffrant de diarrhée ont bénéficié d’un traitement à base de SRO
13
+ Zinc (EDS 2018),
et un tiers des enfants de moins de six mois (33 %) sont exclusivement nourris au sein.
La malnutrition reste la principale cause sous-jacente de la mortalité infanto-juvénile
en Guinée. Les facteurs contributifs comprennent les faibles taux d’allaitement
maternel exclusif (33%), les mauvaises pratiques d’alimentation des nourrissons et des
jeunes enfants, les pratiques inadéquates en matière d’eau, d’assainissement et
d’hygiène et un mauvais état nutritionnel chez les femmes.
70. Questions du genre. Elles sont abordées ici suivant les cinq (5) rubriques ci-
après : (i) les tendances en matière d’égali de genre et d’autonomisation des
femmes ; (ii) les violences basées sur le genre (VBG) ; (iii) le mariage d’enfants et les
grossesses adolescentes ; (iv) les contraintes à l’égalité de genre et à
l’autonomisation des femmes ; et (v) les réponses aux défis de l’équité du genre et
de l’autonomisation des femmes.
71. Égalité de genre, autonomisation des femmes. Les indicateurs de genre et
d’égalité des sexes de la Guinée, sont préoccupants. L’analyse en termes d’indice
de développement du genre - IDG
14
(dans les trois dimensions : santé procréative,
autonomisation et activité économique), révèle en 2019, que l’IDG (écart Femme-
Homme) est de 0,817. Ce qui place le pays dans le groupe 5 des pays le niveau
d’égalité femmes-hommes dans l’IDH, est bas. De plus : (i) le revenu national brut par
tête est de 2,266$ pour les femmes contre 2,554$ pour les hommes ; (ii) la durée
attendue de scolarisation pour les femmes est de 8 années contre 10 pour les
hommes ; tandis que (iii) la durée moyenne de scolarisation est de 1,5 année pour
les femmes contre 4,2 pour les hommes. De façon spécifique, c’est surtout la transition
13
Soluté de Réhydratation Orale
14
Source : Rapport sur le développement humain 2020, PNUD
21
du primaire au secondaire pour les filles, qui est problématique, ce qui ne leur permet
pas d’acquérir les compétences à la vie.
72. Violences basées sur le genre (VBG). Selon l’EDS 2018, le pays fait aussi face à
une prévalence élevée de violences basées sur le genre (VBG) avec un taux de
violence physique élevé. En effet, deux tiers des femmes (67%) et 55% des hommes
considèrent qu’il est justifié qu’un homme batte son épouse/partenaire. S’agissant
des mutilations génitales féminines, 95% des femmes de 15-49 ans sont excisées. La
prévalence de l’excision varie peu, sauf dans la région de N’Zérékoré 84% des
femmes sont excisées contre plus de 95% dans toutes les autres régions. Ces VBG
inhibent le potentiel des jeunes filles et des femmes. Le défi majeur est celui de
l’émancipation et de l’autonomisation des jeunes filles et des femmes pour lutter
contre les violences basées sur le genre (mariages d’enfants et grossesses précoces
des adolescentes, excisions chez les adolescentes).
73. Mariage d’enfants et grossesses adolescentes. En Guinée, au moins 1 femme
sur 2 est mariée avant d’atteindre l’âge de 18 ans et 1 femme sur 4 est mariée avant
ses 15 ans. Ceci correspond à l’un des taux les plus élevés au monde. Les filles de la
tranche d’âge de 12 à 14 ans, vivant en milieu rural sont les plus exposées face à ce
phénomène avec un taux d’occurrence de 23,4% contre 10% pour celles vivant en
zone urbaine. En plus de mettre fin à la scolarité des filles, le mariage des enfants est
souvent associé aux grossesses précoces qui conduisent à un taux élevé de mortalité
maternelle et infantile (la mortalité infantile est de 50% plus élevée avec les mamans
de moins de 20 ans).
74. Contraintes à l’égalité de genre et à l’autonomisation des femmes : Au nombre
de ces contraintes, il peut être cité : (i) la faiblesse des allocations budgétaires en
faveur de l’égalité homme/femme (moins de 1% des dépenses budgétaires totales
en 2019) ; (ii) la persistance des inégalités dans les domaines de l’éducation et de la
santé, de la gouvernance et de la participation politique ; (iii) les difficultés d’accès
au crédit et aux ressources productives notamment, la terre, (iv) l’absence d’un réel
ancrage du genre dans les autres secteurs et la faiblesse des capacités en matière
de mise en œuvre de l’approche genre ; (v) les normes sociales, culturelles et
économiques conférant un statut dévalorisé à la femme ; (vi) la faiblesse de la
productivité des femmes actrices économiques ; (vii) la faible compréhension des
enjeux en matière d'égalité de genre capacités et pesanteurs culturelles ; (viii)
faible implication et/ou participation des hommes et garçons dans les efforts vers
l'égalité de genre ; et (ix) la faible disponibilité des données et des informations fiables
et désagrégées sur les disparités de genre, nécessaires à la formulation des politiques
et à la prise de décision.
75. Réponses aux défis de l’égalide genre et de l’autonomisation des femmes.
Une approche-programme à deux volets est nécessaire. Le premier volet consisterait
à renforcer les programmes qui répondent aux besoins spécifiques des femmes et
des filles sur des questions telles que la parité en matière d’éducation, la santé
sexuelle et reproductive, la santé maternelle, la participation sociale et politique. Le
deuxième vise à influencer les relations de pouvoir entre les sexes, en particulier au
niveau communautaire par exemple- en engageant les communautés et leurs
dirigeants dans un dialogue communautaire sur la modification des pratiques
discriminatoires, ou en favorisant la représentation des femmes dans les structures
décisionnelles communautaires.
22
1.3. SITUATION DE FRAGILITÉ
76. La problématique majeure du développement de la Guinée reste sa situation
de fragilité. En 2018
15
, elle était classée au 13
ème
rang (sur 178) des pays les plus fragiles
au monde. Cette fragilité est systémique en raison de son caractère
multidimensionnel et de la complexité de ses facteurs générateurs.
1.3.1. Appréciation globale.
77. L’évaluation de la fragilité réalisée en 2016 puis en 2021
16
, selon l’approche du
New Deal, a attribué à la Guinée, sur une échelle de 1 (fragilité extrême) à 5
(absence de fragilité ou résilience), des scores moyens de 2,44 et de 2,63
respectivement. Selon les critères définis à Busan
17
, cette note situe la Guinée dans la
phase de « reconstruction » : c’est-à-dire, la phase consécutive à une période de
crise.
78. La caractéristique de la fragilité de la Guinée, est qu’il s’agit d’une fragilité de
l’Etat exacerbée par des fragilités dans les domaines politique, économique, sociétal
et environnemental ; ainsi qu’une fragilité des régions administratives.
Encadré 1 : Évaluation de la fragilité de la Guinée
1. Une évaluation de la fragilité de la Guinée a été réalisée en 2021, cinq ans après
celle de 2016. Pour des raisons de comparabilité, ces deux exercices ont été effectués
suivant les mes critères, à savoir les 5 Objectifs de Consolidation de la Paix et de
Renforcement de l’Etat ou PSG (Peacebuilding and Statebuilding Goals) à savoir : PSG1
(Politique légitime et inclusive), PSG2 (Sécurité), PSG3 (Justice), PSG4 (Fondements
économiques), PSG5 (Revenus et Services).
2. Le spectre (cf. graphique ci-dessus) de la fragilité construit sur la base des
résultats de cette évaluation indique, avec un score moyen de 2,63, une fragilité élevée
malgré une légère amélioration de la situation pour la Guinée au cours de la période
15
https://fr.countryeconomy.com/gouvernement/indice-etats-fragiles
16
L’évaluation sommaire de la fragilité de la Guinée a été réalisée en juin 2021
17
Cf. Accord de Partenariat de Busan adopté au 4
ème
Forum de Haut Niveau sur l'Efficacité de l'Aide
(HLF-4) Partenariat de Busan pour une Coopération Efficace au Service du Développement,
5,00
5,00
5,005,00
5,00
3,00
3,00
3,22
2,23
1,88
2,74
2,89
3,22
1,60
2,15
Politique légitime
Sécuri
JusticeFondements économiques
Revenus et services
Notes maxi Notes 2021 Notes 2016
23
2016-2020. Sur les 5 critères d’appréciation de la fragilité, trois PSG (PSG1, PSG2 et PSG4)
soit 60%, ont connu des évolutions positives passant de la phase de reconstruction à la
phase de stabilisation, ou ce qui revient au même, d’une situation de fragilité élevée à
une situation de fragilité modérée. Le critère « Revenus et Services » a régressé de la
phase de reconstruction à la phase de crise. Le critère PSG3 « Justice » est resté
constant sur la période.
1.3.2. Fragilité de l’Etat
79. La fragilité de l’Etat traduit l’incapacité des pouvoirs publics guinéens à : (i)
établir et renforcer la sécurité des populations ; (ii) remédier aux injustices et accroître
l’accès des personnes à la justice ; (iii) gérer les revenus et fournir des services
responsables et équitables.
80. Domaine de la sécurité. Au nombre des facteurs de fragilité de l’Etat dans ce
domaine, il peut être cité :
la mauvaise répartition des Forces de Défense et de Sécurité (FDS) sur le territoire
national ;
le sous-financement des programmes inscrits au titre de la loi de programmation
militaire ;
les faibles capacités techniques et opérationnelles des Forces de Défense et de
Sécurité ;
la faible collaboration entre la population et les FDS dans la lutte contre l’insécurité
et les trafics de tous genres ;
la faible capacité d’investigation de la police technique et scientifique pour un
meilleur exercice de la médecine légale ;
la faiblesse des moyens de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent et les
menaces djihadistes dans la sous-région.
la faiblesse de la réponse aux violences basées sur le genre en particulier, les cas
de viols.
81. Domaine de la justice. Au nombre des facteurs de fragilité de l’Etat dans ce
domaine, il peut être mentionné :
les interférences politiques dans le fonctionnement du pouvoir judiciaire ;
les sentiments d’impunité et la tendance aux passe-droits ;
les détentions arbitraires et les lourdeurs procédurales ;
le faible accès ; (i) aux institutions judicaires (notamment les cours d’appel) ; et (ii)
à la justice en zone rurale ;
la méfiance des citoyens vis-à-vis des institutions judiciaires ;
l’engorgement des juridictions et des établissements pénitentiaires ;
la faible exécution des décisions de justice ;
le besoin d’un soutien à la chaîne pénale et à ses domaines connexes ;
la faible maîtrise des domaines de la cybercriminalité, du terrorisme et de
l’extrémisme violent ;
les conditions inhumaines de détention.
82. Domaine des revenus et des services. Au nombre des facteurs de fragilité de
l’Etat dans ce domaine, il peut être mentionné
les faiblesses : (i) des recouvrements fiscaux ; (ii) de la bancarisation de l’économie;
(iii) de l’absorption de ressources mises à disposition pour le financement des
projets de développement; (iv) des capacités institutionnelles, techniques et
managériales des services publics ; (v) de l’application des textes légaux et
règlementaires régissant l’administration publique;
l’évasion fiscale en lien avec la forte tendance à l’octroi d’exonérations injustifiées ;
24
le manque de transparence dans la gestion des affaires publiques et la persistance
de la corruption ;
l’inefficacité des systèmes de contrôle financier et la non-application des
dispositions de la Loi Organique Relative aux lois de Finances (LORF) en matière de
vote de lois de règlement et de compte rendu budgétaire ;
les retards dans l’application des dispositions de la LORF relatives à la
programmation budgétaire pluriannuelle, aux budgets de programmes et au suivi
de la performance ;
l‘inexistence d’un système intégré et moderne : (i) de gestion et de contrôle des
ressources humaines de l’Etat ; et (ii) de gestion de l’Etat civil ;
le retard dans l’application des dispositions légales, en matière de transferts de
compétences et de ressources aux collectivités locales.
1.3.3. Fragilité politique
83. Sur le plan politique, la fragilité de la Guinée se manifeste par l’incapacité du
pays à instaurer un dialogue inclusif, à résoudre les conflits de manière pacifique, et
à créer un cadre institutionnel stable qui assure l’équilibre des pouvoirs et la
participation de tous les acteurs et sensibilités politiques à l’animation de la vie
publique. Au nombre des facteurs explicatifs de la fragilité politique de la Guinée, il
peut être cité :
l’instabilité des institutions républicaines illustrée par deux transitions politiques en 12
ans ;
la non-application voire la violation constante, par les pouvoirs publics des textes
(lois et règlements de l’Etat) ;
le non-respect des accords conclus entre les acteurs politiques ;
la fondation des partis politiques autour des personnes et non sur la base d’une
idéologie clairement définie et assumée ;
les divergences entre les acteurs politiques sur leur vision de la démocratie et des
libertés fondamentales ;
l’absence de consensus national sur les questions majeures engageant l’avenir du
pays ;
l’inexistence d’un sentiment d’appartenance nationale et la défense des intérêts
personnels au détriment de l’intérêt général ;
la défiance des citoyens vis-à-vis de l’autorité publique ;
1.3.4. Fragilité économique.
84. Dans le domaine économique, la Guinée se trouve dans une situation de
fragilité élevée. Ce qui voudrait signifier que le pays, jusqu’en 2021, n’a toujours pas
la capacité nécessaire pour : (i) gérer efficacement ses potentialités naturelles ; (ii)
procéder à une allocation judicieuse des ressources productives et organiser
l’activité économique ; (iii) promouvoir le secteur privé ; et (iv) créer des emplois. Au
nombre des facteurs explicatifs de la fragilité économique de la Guinée, il peut être
cité :
l’absence de diversification des exportations et leur concentration sur un nombre
réduit de pays partenaires, (exposant l’économie nationale aux chocs des prix des
matières premières et aux retournements de conjoncture dans ces pays) ;
le manque de complexité de l’économie guinéenne et ses capacités limitées, (en
lien avec la prédominance des exportations de bauxite et d’or) ;
la faible compétitivité des exportations non minières imputable à l’appréciation du
taux de change réel (induite par l’accumulation de recettes d’exportations
exclusivement minières) ;
25
la faible productivité totale des facteurs
18
dans le secteur agricole (en tant que
contrainte à la diversification des exportations et à la réduction de la pauvreté
dans les zones rurales) ;
la forte volatilité de l’investissement et sa faible corrélation avec la croissance du
PIB par habitant ;
un stock d’infrastructures économiques insuffisant et mal entretenu, source de
coûts de transaction élevés, et partant, de la faible compétitivité de l’économie
guinéenne.
1.3.5. Fragilité sociétale.
85. La Guinée est loin d’être une société cohésive en ce que l’inclusion sociale, le
capital social et la mobilité sociale sont encore insuffisamment promus. Au nombre
des facteurs explicatifs de la fragilité sociétale de la Guinée, il peut être cité :
l’exacerbation des spécificités régionales à des fins politiques ;
le sentiment d’ostracisme de certains groupes ethniques ;
les déviances comportementales de tous genres ;
l’ignorance, qui fait penser à certains que la démocratie ou le développement
sont l’affaire de l’Etat et des gouvernants ;
la démission des partis politiques de tout bord, pour qui la formation civique de
leurs membres est reléguée au second rang ;
les balbutiements de la démocratie participative en lien avec une décentralisation
qui n’est devenue une réalité qu’avec les élections locales de février 2018.
1.3.6. Fragilité environnementale.
86. La Guinée se trouve dans une situation de fragilité élevée en matière
environnementale. Les risques attachés à cette fragilité proviennent : (i) dans une
large mesure, des changements climatiques, des catastrophes naturelles et
anthropiques (déforestations, feu de brousse…), des chocs épidémiques ; et (ii) dans
une moindre mesure, de la gouvernance environnementale.
87. Les changements climatiques sont la dimension de la fragilité
environnementale la plus préoccupante du fait de la récurrence des phénomènes
climatiques extrêmes, notamment : la hausse des températures, la baisse des
précipitations, les perturbations du régime pluviométrique, l’élévation du niveau de
la mer, la sécheresse et les inondations issues des eaux continentales.
88. Le risque des catastrophes naturelles est élevé en Guinée et la fréquence des
phénomènes a augmenté au cours des trois dernières décennies. Au cours des
années 70-80, les facteurs de risques tenaient à la sécheresse et aux crises
humanitaires. Depuis les années 90 d’autres phénomènes climatiques et géologiques
comme les inondations, les orages tropicaux, les glissements de terrain et les
tremblements de terre sont devenus récurrents. Ce sont ces facteurs qui expliquent
le niveau élevé de la fragilité attachée à cette sous-dimension.
89. S’agissant des chocs épidémiques, la lutte contre la COVID-19 engagée
depuis mars 2020, a soumis le système sanitaire guinéen à rude épreuve maintenant
ainsi, le pays dans une situation de fragilité élevée.
90. Pour parvenir à la résilience environnementale, la Guinée doit prendre en
compte les facteurs de fragilité, ci-après :
les insuffisances : (i) de moyens financiers, techniques et logistiques pour une
meilleure connaissance du potentiel des ressources du capital naturel (économie
18
Banque mondiale, janvier 2022. Guinée : Note de politique générale pour soutenir la Transition
26
bleue et économie verte) ; (ii) d’infrastructures ou d’équipements de production
et de surveillance des ressources naturelles ;
les faiblesses : (i) du niveau de développement des sources d’énergies propres ; (ii)
de la sécurisation du domaine classé de l’Etat ; (iii) de la coordination
intersectorielle dans la gestion des réserves foncières ; (iv) de la vulgarisation ainsi
que de l’application des politiques, des stratégies et des textes juridiques régissant
le capital naturel ; (v) du taux d’accès à l’énergie et à l’eau potable ; (vi) du
niveau de restauration et de protection des écosystèmes (marins, fluviaux et
côtiers) ; (vii) des capacités de gestion des déchets [solides, liquides, gazeux,
électroniques, électroménagers, POPs (Polluants Organiques Persistants)] ;
la réduction des surfaces agricoles due à l’exploitation minière, aux infrastructures
hydroélectriques et à l’expansion non maîtrisée des villes ;
la pollution des milieux récepteurs liée à l’exploitation minière, la pêche,
l’agriculture, à l’industrie et à l’environnement ;
l’inexistence de schéma d’aménagement et de développement durable
actualisé du territoire intégrant les préoccupations sectorielles ;
le défaut de coordination nationale dans la gestion des catastrophes, urgences et
actions humanitaires .
la prévalence des maladies infectieuses,
l’utilisation abusive et incontrôlée des intrants chimiques et la déforestation.
1.3.7. Fragilité des régions administratives
91. La fragilité est le trait caractéristique non seulement de l’Etat, mais également
de ses démembrements. La tournée d’immersion gouvernementale dans les régions
de mai-juin 2022, a permis de mettre en évidence les facteurs explicatifs ci-après, de
cette fragilité :
l'appartenance ethnique ou tribale prononcée dans le fonctionnement des
services et dans les relations interpersonnelles ;
des cadres de travail marqués par une forte politisation ;
les conflits liés à l’accès à la terre exacerbés par l’absence d’un mécanisme
opérationnel et efficace, de gestion du foncier rural ;
la faiblesse des opportunités d’emploi pour les jeunes et les femmes en lien avec
l’absence d’implantation d’une activité structurante par préfecture ;
la faiblesse des opportunités de création d’auto-emploi ;
l’inadéquation entre formation et emploi demeure une contrainte forte au
développement des régions ;
la faible diversification des économies régionales, fortement dépendante du
secteur agricole, avec des contraintes d’accès au crédit ;
la dégradation des sols et la déforestation dues aux feux de brousse, à la coupe
abusive du bois, à la carbonisation et à l’exploitation artisanale de l’or ;
l’enclavement des zones de production ;
la faiblesse de la productivité des exploitations agricoles, pastorales et piscicoles,
en lien avec le faible accès aux équipements et intrants ainsi que les perturbations
du calendrier agricole dues à la variation du climat ;
l’ensablement des lits des fleuves et la baisse des rendements de la pêche fluviale;
l’insuffisance des unités de transformation des productions agricoles ;
l’absence, l’insuffisance ou la vétusté prononcée des infrastructures
socioéconomiques dont les barrages hydroélectriques du premier régime, les
ouvrages de franchissement, les adductions d’eau, certaines écoles et postes de
santé. Certains chantiers de barrages hydroélectriques attendus depuis les années
de l’indépendance sont à l’arrêt ;
27
le nombre important de chantiers de construction des infrastructures en difficultés
ou à l’arrêt ;
la faiblesse du nombre des naissances enregistrées ; et
la faible redevabilité des gestionnaires de deniers publics.
Encadré 2 : Immersion gouvernementale dans les régions
Le Gouvernement a effectué une tournée d’immersion dans les régions administratives
de N’Zérékoré, Kankan, Labé et Kindia, du 17 Mai au 17 Juin 2022. Dans chacune des
régions, la délégation gouvernementale est restée une semaine entière, afin de
rencontrer les populations et les services déconcentrés, puis visiter certains sites d’intérêt
national ou faisant l’objet de projets d’investissement.
A chacune des étapes de la tournée, la délégation gouvernementale a eu l’occasion
de vivre les conditions de vie des populations, d’écouter leurs attentes, et de mesurer
les défis auxquels elles sont quotidiennement confrontées. Des évènements nationaux
ou internationaux ont été organisés pour célébrer des journées, rencontrer des couches
spécifiques de la population ou lancer des projets. Parallèlement, chaque Ministre a
organisé avec ses services déconcentrés, des rencontres techniques et des visites qui
ont permis d’identifier les contraintes des services et proposer les solutions
envisageables.
1.4. BILAN ET PERSPECTIVES MACROÉCONOMIQUES
1.4.1. Tendances macroéconomiques
92. Croissance économique. Sur la période 2007-2010, le PIB a cru à un rythme
moyen de 3,7%, avant d’atteindre 4,6% sur la période 2011-2015, tirée principalement
par la consommation. Au cours de la période 2016-2020, la croissance économique
a été plus forte : en moyenne de 8,1%, tirée principalement par les investissements.
Les importantes richesses minières du pays, constituent sa principale source de
croissance. En 2020, malgré la persistance de la pandémie de coronavirus,
l’économie guinéenne a été résiliente. La croissance économique s’est située à 7,0%.
La hausse des prix de l’or et de la bauxite, combinée avec la forte demande de la
bauxite par la Chine a bénéficié à l’économie guinéenne.
93. Transformation structurelle. Sur la période 2007-2020, la structure de l’économie
guinéenne n’a pas beaucoup changé. Elle dépend largement du commerce (18,3%
du PIB) et du secteur minier (13,3% du PIB) qui subissent les contrecoups de l’évolution
des prix internationaux. Après un repli de 3,6% en moyenne sur la période 2011-2015,
ce dernier secteur a enregistré une forte hausse de 31,0% sur la période 2016-2020,
soutenue par des entrées annuelles moyennes d’IDE de 9,8% du PIB.
94. Des progrès ont été enregistrés dans les secteurs agricole, manufacturier et de
la construction, qui ont enregistré respectivement 6,4%, 3,9% et 6,1% de croissance
de 2016 à 2020. Cependant, la part des manufactures dans le PIB a baissé, et est
estimée respectivement à 9,2% sur 2007-2010, 8,0% sur 2011-2015 et 6,6% sur 2016-2020.
95. L’agriculture qui représente près de 60,7% des emplois, contribue seulement
pour 12,6% du PIB en 2019. En plus, le mouvement de la main d’œuvre s’est produit
du secteur agricole qui est à faible productivité vers le secteur des services qui est
aussi à faible productivité. La part du secteur des services dans l’emploi total a
augmenté de 26,3% en 2007 à 33,6% en 2019. En même temps, celle de l’agriculture
a diminué de 68,3% à 60,7%. La part du secteur industriel dans l’emploi total a
pratiquement stagné passant de 5,5% en 2007 à 5,8% en 2019.
28
96. Diversification des exportations. Les exportations de biens sont composées
principalement de bauxite (45,2%) et d’or (37,2%) reflétant le manque de
diversification
19
de l’économie guinéenne. Sur la période 2016-2020, la croissance des
exportations de biens est en moyenne de 50,0%. En termes monétaires, elles sont
passées de 2 456,0 millions dollars USD en 2016 à 8 622,0 millions dollars USD en 2020.
L’évolution des exportations totales suit celle des exportations de bauxite et d’or. La
production de bauxite est principalement destinée à la Chine. Cette absence de
diversification et leur concentration sur un petit nombre de marchés internationaux,
expose la Guinée aux chocs des prix des matières premières et aux variations de la
demande de ses partenaires commerciaux.
97. Une proportion de 16,2% des exportations totales constituées principalement
de produits agricoles est destinée aux pays d’Afrique de l’Ouest reflétant les faibles
performances en matière d’intégration commerciale au sein de la CEDEAO. Les
produits d’exportation vers la zone sont constitués de produits qui sont à faible valeur
ajoutée. Par ailleurs, la Guinée est obligée d'importer une bonne partie de ses besoins
alimentaires à cause des difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de la politique
agricole commune. Cette situation met en exergue les efforts à consentir par les
autorités pour rendre plus efficaces les actions visant assurer la sécurité alimentaire
dans le pays.
98. Trois contraintes structurelles empêchent l’agriculture d’être l’un des leviers de
la diversification des exportations, à savoir : (i) la faiblesse de la productivité totale
des facteurs, reflétant l’utilisation intensive des intrants dans la production agricole ;
(ii) la tendance continue à la baisse de rendements céréaliers déjà faibles, ce qui
entrave la sécurité alimentaire ; et (iii) la dégradation des écosystèmes des terres
cultivées et des forêts, ce qui menace les moyens de subsistance et la résilience des
communautés rurales, ainsi que la diversification des revenus ruraux
20
.
99. Performances budgétaires et gestion de la dette. L’évolution du solde
budgétaire hors dons (base engagements) sur la période 2007-2020, suit la tendance
des dépenses courantes. Le solde en pourcentage du PIB est passé d’un excèdent
de 9,8% en 2011 à un déficit de 7,9% en 2015. Tandis que le déficit budgétaire s’est
graduellement amélioré à partir de 2016 pour se situer à 4,6% en 2020.
100. Sur la période 2016-2020, la politique du Gouvernement a visé l’accroissement
des recettes d’une part, et la maîtrise des dépenses courantes, d’autre part. En
matière de recettes hors mines, elle a consisté en la mise en place des dispositifs
d’amélioration des opérations de collecte des recettes et aux réformes de
l’administration fiscale. Les recettes tirées du secteur minier demeurent faibles et se
situent en moyenne à 2,4% du PIB. Le pays peine à tirer avantage de ce secteur qui
représente plus de 80% des exportations. Les autorités sont conscientes qu’il faudra
parvenir, entre autres mesures, à la rationalisation des exonérations et des régimes de
faveur.
19
« L’analyse des exportations constitue un bon indicateur de l’appareil productif dans la mesure où les
exportations correspondent à la partie du système productif entièrement soumise à la concurrence
internationale. En d’autres termes, les exportations, en reflétant notamment les avantages comparatifs,
démontrent bien la capacité d’un pays à valoriser son système productif sur les marchés internationaux. »
Bureau pour l’Afrique du Nord de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA/BSR-
AN), Étude « Diversification et sophistication comme levier de la transformation structurelle des
économies Nord Africaines », 2013.
20
Banque mondiale : aperçu notes de politique générale pour soutenir la Transition janvier 2022
29
101. En matière de dépenses, l’objectif a été de préserver à la fois leur soutenabilité
et leur efficacité. En 2020, le solde budgétaire hors dons a atteint un déficit de 4,6%
du PIB. Cette évolution est due principalement à la hausse des dépenses courantes
(37% en valeur nominale) pour faire face à la pandémie de Covid-19. Elles passent
de 11,7% du PIB en 2019 à 12,7% du PIB en 2020. En plus de la contraction de l’activité
économique, l’Etat a accordé des exonérations fiscales et permis le report de
paiement de certaines taxes. Au total, les recettes fiscales se sont établies à 10,0% du
PIB en 2020 contre 13,3% du PIB en 2019, soit un recul de 3,3% du PIB.
102. Les dépenses en capital constituent la plus grande part des dépenses
publiques. Ainsi, la part des dépenses en capital a augmenté avec le temps passant
de 25,3% en moyenne en 2011-2015 à 27,7% en 2016-2020, tandis que la part de la
masse salariale a connu une baisse passant de 27,5% à 21,9% sur ces deux périodes.
Par ailleurs, la part des dépenses liées aux paiements des intérêts de la dette a
augmenté continuellement (12,6% sur 2007-2010, 18,2% sur 2011-2015 et 21,1% sur
2016-2020), du fait que nombre d’emprunts contractés pour financer les projets
d’infrastructures ont commencé à être remboursés. Les parts des subventions et des
achats de biens et services ont baissé entre ces différentes périodes. En effet, le
gouvernement a supprimé les subventions de certains produits consommés par la
population. La part des dépenses de subventions est passée de 11,6% sur 2007-2010
à 4,8% sur 2016-2020.
103. Cependant, les dépenses en capital ont subi les contrecoups des crises
sanitaires d’Ébola et de Covid-19. Elles ont connu une hausse notable durant la mise
en œuvre du plan quinquennal 2011-2015 en passant de 2,2% du PIB en 2011 à 7,4%
en 2015. Mais la survenue des crises sanitaires d’Ébola et de Covid-19 a entrainé la
chute des dépenses en capital qui sont estimées à 2,7% du PIB en 2020.
104. L’endettement du pays reste modéré puisqu’en 2020, la dette publique totale
représente 40,4% du PIB. La dette extérieure se situe à 23,8% du PIB tandis que la dette
intérieure représente 16,6% du PIB. A la suite de l’éligibilité du pays à l’initiative PPTE
en 2012, la dette publique totale a connu une réduction significative de 77,8% du PIB
en 2011 à 35,4% du PIB en 2012.
105. Sur la période 2016-2020, le gouvernement a mené une politique
d’endettement prudente qui a porté la dette publique totale, en moyenne, à 38,8%
du PIB. Ce niveau d’endettement offre à l’Etat la possibilité de recourir à de nouveaux
emprunts à des conditions concessionnelles.
106. Relations avec le reste du monde. Sur la période 2011-2015, la baisse continue
des exportations de produits miniers avait entraîné une détérioration du solde du
compte courant qui s’est établi en moyenne, à 18% du PIB. Sur la période 2016-2020,
les exportations ont repris une tendance haussière en passant de 25,9% du PIB en 2016
pour s’établir à 44,6% du PIB en 2020. Les importations avaient également augmenté
pour se situer à 20,0% du PIB en 2020, en raison d’investissements dans le secteur minier
et les importations de biens alimentaires. Le solde du compte courant incluant les
transferts est passé d’un déficit en moyenne de 15,4% du PIB sur 2011-2015 à un
excédent en moyenne de 1,5% sur 2016-2020. Les investissements directs étrangers
(IDE) ont fluctué en moyenne autour de 5,0% du PIB sur 2011-2015 et 5,7% sur 2016-
2020.
107. Politique monétaire. Dans ce domaine, les efforts de stabilisation du franc
guinéen et de maîtrise de la hausse de la masse monétaire avaient entraiun repli
de l’inflation qui est passée de 21,4% en 2011 à 8,2% en 2015. Cette évolution
s’explique par la mise en œuvre des politiques budgétaire et monétaire restrictives à
30
travers la maitrise des dépenses publiques et le resserrement des avances de la BCRG
au secteur public.
108. Sur la période 2016-2020, la hausse notable de la masse monétaire d’environ
16,4% en moyenne combinée avec les mesures prises par le gouvernement pour
contenir et empêcher la propagation de la maladie de COVID-19 ont eu pour
conséquence l’augmentation de l’inflation qui a atteint 10,6% en 2020.
1.4.2. Activités économiques en 2021
109. Malgré la persistance de la pandémie à coronavirus, l’économie guinéenne
a été résiliente grâce à la capitalisation des acquis du Plan National de Riposte
contre Ébola et à la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Lutte Contre la
Covid-19 (SNLC 2020-2022).
110. En effet, sur la base des évolutions conjoncturelles au cours des neuf premiers
mois de 2021, vu de côté de l’offre, la croissance économique devrait être de 5,5%
en 2021 contre une prévision initiale de 5,2%. Ce niveau de croissance s’expliquerait
par les performances attendues dans tous les secteurs.
111. La croissance du secteur primaire devrait ralentir pour se situer à 6,5% en 2021
contre une prévision initiale de 6,9%, en relation avec les effets induits de la pandémie
à Covid-19 qui impacteraient les filières agricoles. Quant au secteur secondaire, le
taux de croissance projeté est de 6,6% contre 20,4% en 2020. S’agissant du secteur
tertiaire, ayant subi le plus, les chocs de la covid-19 en 2020, il devrait être résilient en
2021 grâce aux effets induits des campagnes de vaccination contre la pandémie.
112. Au niveau de l’inflation, le taux pourrait se situer en 2021 à 12,8% en moyenne
annuelle contre 10,6% en 2020. Cette évolution serait imputable en grande partie à
la variation des prix au niveau des fonctions de consommation suivantes : « Produits
alimentaires, boissons et tabac », « santé » et « ameublement ».
113. Concernant les finances publiques, les soldes budgétaires dons compris et
dons exclus déficitaires devraient être respectivement de -1,1% du PIB et -4,1% du PIB.
Quant aux échanges extérieurs, le solde global pourrait être de nouveau
excédentaire, en se situant à 3,1% du PIB, grâce à une augmentation des
exportations de biens par rapport aux importations de biens.
114. Au niveau de la situation monétaire, la masse monétaire progresserait de 7,1%,
en se situant à 40 063,7 milliards de GNF en 2021 contre 37 423,8 milliards de GNF en
2020. Cette évolution de la masse monétaire résulterait du ralentissement des actifs
intérieurs nets.
1.4.3. Perspectives à moyen terme
115. Les perspectives de l’activité économique nationale devraient connaitre une
amélioration selon les projections soutenues par le cadrage macroéconomique. Les
hypothèses qui sous-tendent les projections macroéconomiques sont les suivantes :
l’amélioration de la situation sociopolitique et du climat des affaires devraient être
propice à la relance de l’activité économique ;
les mesures prises par les nouvelles autorités pour lutter contre la Covid-19 seraient
efficaces ;
la pluviométrie serait abondante, répartie dans l’espace et dans le temps,
accompagnée de l’impact des actions mises en œuvre dans le cadre du plan
national de riposte ;
l’appui des agriculteurs en intrants et produits phytosanitaires, ainsi que leur
accompagnement technique devraient améliorer la productivité agricole ;
31
la mise en place d’une filière de transformation industrielle de la bauxite pour
produire l’alumine et l’aluminium devrait être effective ;
le secteur minier continuerait de jouer un rôle majeur dans le système productif
guinéen ;
la poursuite des efforts entrepris dans le cadre de l’amélioration de
l’approvisionnement des ménages en énergie permettrait de porter le taux
d’accès à l’électricité, à environ 70% à l’horizon 2025 ;
la réouverture des frontières des pays partenaires pourrait faciliter
l’approvisionnement des industries en matières premières, relancer la clientèle des
hôtels et restaurants et améliorer les mouvements des personnes et de leurs biens;
le renforcement et la modernisation des différents types d’infrastructures (routes,
échangeurs, barrages, hôpitaux, écoles, etc…) devraient rendre l’économie plus
compétitive ;
la poursuite des investissements dans le secteur des télécommunications
permettrait de diversifier et de rehausser la qualité des services offerts aux citoyens
et aux entreprises.
la poursuite de la mise en œuvre de la troisième stratégie nationale de
développement de la statistique ( SNDS-2021-2025).
116. L’atteinte des objectifs assignés par le Gouvernement de Transition devrait se
traduire par les évolutions ci-après :
117. Entre 2022 et 2024, en moyenne, la croissance économique pourrait se situer à
6,0%, soutenue par tous les secteurs économiques. Cette évolution s’expliquerait, en
partie, par la réalisation des actions prévues dans les différents documents de
politique sectorielle, ainsi que par la reprise des activités dans tous les secteurs.
118. De ce fait, le secteur primaire devrait croitre de 6,5% en moyenne annuelle sur
la période 2022-2024 en lien avec une bonne tenue des activités agricoles, d’élevage
et de pêche soutenues par les investissements y afférents. Concernant le secteur
secondaire, son taux de croissance pourrait atteindre en moyenne 7,7%, en rapport
avec le bon exploit du secteur minier, l’accélération des activités de construction et
l’amélioration de la production de l’énergie. S’agissant du secteur tertiaire, il devrait
enregistrer une croissance moyenne de 4,2%.
119. Les prévisions d’inflation sont évaluées à 9,3% en moyenne annuelle entre 2022
et 2024. La maîtrise de ce taux autour d’un chiffre serait possible grâce à la poursuite
de la mise en œuvre des politiques budgétaire, monétaire et structurelles relatives à
la production vivrière et autres actions prévues dans les documents de politiques
sectorielles.
Tableau 1 : Situation de la convergence vis-à-vis des critères de la CEDEAO
Critères de convergence de la CEDEAO
Situation
Libellés
Normes
déc-21
mars-22
A. Critères de premier rang
1. Déficit budgétaire dons compris,
21
3%
-0,2
3,6
2. Inflation en moyenne annuelle
10%
11,4
12,5
3. Financement de la BCRG du déficit budgétaire /RF
n-1
< 10%
-3,8
-3,3
4. Réserves extérieures brutes en mois d’importations
3
3,9
4,6
21
Base engagement
32
B. Critères de second rang
5. Encours dette publique / PIB
< 70%
41,5
49,6
6. Stabilité du taux de change nominal
± 10%
-8,8
15,9
120. Au niveau des finances publiques, le déficit budgétaire projeté serait maintenu
conformément au critère de convergence ( 3% du PIB) de la CEDEAO, en se situant
à 1,2% du PIB entre 2022-2024. S’agissant du solde global de la balance des
paiements, il devrait être excédentaire sur toute la période, grâce aux mobilisations
des ressources financières extérieures par l'administration publique. Sur la période, la
masse monétaire devrait enregistrer une augmentation de 1,1% en moyenne pour
atteindre 41 427 milliards de GNF en 2024.
33
2. STRATÉGIE DINTERVENTION
121. La stratégie d’intervention du PRI est la réponse des autorités aux défis multiples
et multiformes de la Transition. Cette réponse tient compte des importants atouts de
développement dont dispose le pays. La stratégie du PRI repose également sur des
référentiels : (i) nationaux (Charte et orientations politiques des autorités) ; et
internationaux (ODD et agendas régionaux et sous-régionaux). Par ailleurs, la
conception et la mise en œuvre des interventions du PRI sont encadrées par des
principes directeurs qui viennent renforcer les référentiels susmentionnés.
2.1. DÉFIS DE LA TRANSITION
122. Les défis de la Transition sont de 4 ordres. Ils sont non seulement des défis
institutionnels, infrastructurels, transformationnels, mais en plus, des défis de capacités
de gestion. Les défis institutionnels appellent à l’édification d’un Etat résilient et à la
mise en place d’institutions stables et fortes, comme prérequis pour accroître
l’efficacité de l’action publique. Parallèlement, la Guinée doit combler son déficit
infrastructurel pour améliorer la productivité, stimuler la croissance économique,
renforcer l’efficience, assurer la desserte des zones de production, faciliter les
échanges ainsi que l’accès aux services sociaux. La Transition doit également faire
face aux défis transformationnels attachés à la dynamique démographique, à la
transformation numérique, à la diversification de l’économie et aux changements
climatiques. Remonter tous ces défis requiert pour le pays de disposer en plus, des
capacités adéquates de gestion de son développement.
2.1.1. Défis institutionnels
123. La fragilité systémique de la Guinée telle qu’elle ressort de l’analyse
diagnostique ci-dessus et ses manifestations que sont laliquescence de l’Etat et la
mauvaise gouvernance à l’origine du changement du 5 septembre 2021, appellent
les autorités de la Transition à relever 4 défis institutionnels : (i) la performance des
institutions nationales ; (ii) l’organisation d’élections apaisées et crédibles ; (iii) la
continuité des services publics ; (iv) la correction des disparités entre l’administration
centrale et les administrations déconcentrées.
124. Performance des institutions nationales. Les autorités de la Transition sont
conscientes qu’il faut œuvrer à l’édification d’institutions politiques, judiciaires et
sécuritaires, à la fois, légitimes et compétentes, ainsi que des institutions économiques
efficaces pour sortir de la trappe à fragilité et tir un Etat résilient. Il y va de la
consolidation de la paix, de la cohésion sociale, de la démocratie et du bien-être
des populations. Ce défi suggère d’ériger au premier rang des priorités de la
Transition, la bonne gouvernance dans toutes ses dimensions (politique,
administrative, économique et financière).
125. Organisation d’élections apaisées et crédibles. Le retour à l’ordre
constitutionnel qui est le but ultime de la Transition, passe par une série de
consultations électorales. Il est ainsi prévu, la tenue d’un référendum sur la nouvelle
constitution et des élections locales, législatives et présidentielles. Sachant la
sensibilité de ces opérations et le risque de dérapages qui leur est attaché, il est
impérieux que les conditions institutionnelles appropriées et une atmosphère de
quiétude sociale soient créées pour en assurer le bon déroulement, la transparence
et l’acceptation des résultats par toutes les parties.
126. Continuité des services publics. Durant cette période de Transition, l’Etat doit
avoir la capacité d’assurer la fourniture des services publics de qualité aux
34
populations dont les plus critiques sont : la sécurité, la justice, le recouvrement des
impôts et taxes, la santé, l’éducation, l’action sociale, l’emploi, les transports, l’état
civil et la collecte des données pour le suivi-évaluation des programmes et projets.
Ce rôle devient encore plus crucial dans un contexte où le pays devra connaître une
série de consultations électorales dont la réussite dépend fortement de la capacité
des services compétents de l’administration publique à assurer l’accessibilité en
toutes saisons et sur toute l’étendue du territoire national, des réseaux de
communication (liaisons routières et aériennes, fluviales et maritimes, téléphonique et
internet), ainsi que le bon fonctionnement des structures de l’Etat, à tous les niveaux.
127. Correction des disparités entre l’administration centrale et les administrations
déconcentrées. La fragilité de l’Etat affecte tous les échelons de l’administration :
mais beaucoup plus l’échelon local que l’échelon central. L’efficacité de l’action
publique, et partant, le développement harmonieux du pays, appelle ainsi à
répondre aux besoins spécifiques de refondation des administrations déconcentrées.
Cette réponse nécessite de : (i) veiller à l’application effective des lois et règlements
régissant le fonctionnement de l’administration territoriale, notamment le Code des
Collectivités locales ; (ii) standardiser les procédures et moderniser la gestion publique
locale, en harmonie avec les pratiques en vigueur au niveau de l’administration
centrale ; (iii) assurer les flux financiers devant permettre le bon fonctionnement des
services déconcentrés ; et (iv) accroître les dotations en ressources matérielles.
Encadré 3 : Les administrations déconcentrées et leurs besoins de refondation
Les populations à la base ne différencient que très peu les administrations
déconcentrées, les unes des autres. A l’exception des services de sécurité (police ou
gendarmerie), de la justice et de l’habitat, les autres services publics locaux sont encore
mal connus et insuffisamment utilisés par les populations.
Les administrations déconcentrées sont en sous-effectif, parfois une seule personne par
service. Les cadres qui y sont affectés se sont sédentarisés et sont parfois vieillissants.
Certaines responsabilités sont tenues par des fonctionnaires retraités maintenus en
activités, faute de remplaçants. Les jeunes fonctionnaires affectés désertent leur poste,
en l’absence d’un mécanisme rigoureux de contrôle. Il manque aux administrations
déconcentrées des règles et procédures d’enrôlement au niveau local, ainsi que des
plans de carrières fondés sur l’acquisition progressive de certaines compétences et
l’expérience.
Des stagiaires ou contractuels sont parfois recrutés pour combler un vide, sans aucune
formalité ni formation adéquate. Dans certains cas, sans aucune relation avec le
service concerné au niveau central ou régional, des cadres sont nommés par arrêté
d’un responsable d’un service déconcentré.
Les infrastructures et équipements nécessaires au fonctionnement des administrations
déconcentrées manquent. Une situation qui affecte leur productivité et leur efficacité.
Certains services sont regroupés dans une seule salle ou dans des bâtiments vétustes et
non entretenus depuis plus de trente années. Le fonctionnement de certains postes
nécessite un cantonnement, mais aucun logement n’est mis à disposition. Dans le cas
contraire, il se trouve en mauvais état. Les engins roulants (motos et véhicules) sont en
nombre insuffisant par rapport aux besoins.
Les opérations manuelles sont encore systématiques, à l’exception de certains services
des douanes. Ces opérations manuelles augmentent le temps de traitement et les
possibilités d’erreurs. Les documents de travail sont parfois les restes non utilisés des
années antérieures, et ne couvrent pas l’exhaustivité des actes des administrations. Les
cadres des administrations déconcentrées entretiennent des relations cordiales et
35
conviviales entre eux, sans toutefois disposer des outils qui renforceraient la synergie de
leur service.
Spécifiquement, des équipements essentiels à la réalisation correcte des principales
missions manquent dans tous les services. De même la disponibilité des crédits de
fonctionnement, adéquats, à temps n’est pas assurée.
2.1.2. Défis infrastructurels
128. Pour accélérer sa croissance économique et renforcer les bases matérielles de
son développement, la Guinée a besoin d’accroître son stock d’infrastructures tout
en le maintenant en bon état de service à la satisfaction des usagers. Cette
perspective appelle à répondre aux défis ci-après :
129. Augmentation du taux d’investissement. Un taux d’investissement accru
permettrait au pays de rattraper son retard, tant : (i) dans les infrastructures
économiques (routes, chemin de fer, ports, aéroports, TIC, production et distribution
d’énergie, réseaux d’alimentation en eau et assainissement) ; que (ii) dans les
infrastructures sociales (éducation, santé et logements sociaux). Actuellement, les
dépenses en capital de la Guinée restent nettement inférieures à ce qu’elles
devraient être. Si le taux d’investissement moyen de la période 2016-2020, a pu
atteindre 24,7%, son évolution est tout de même, très erratique. En 2016, il a culminé
à 52,4% du PIB en lien avec la réalisation des grands projets de barrages
hydroélectriques. Mais depuis lors, le taux d’investissement a décliné en passant de
26,2% en 2018, à 14,5% en 2020. Par ailleurs, l’investissement public est concentré dans
les infrastructures économiques au détriment des infrastructures sociales. Une
tendance qu’il faudra équilibrer à l’avenir par des investissements accrus dans la
construction de logements sociaux, d’écoles, d’hôpitaux, de lieux de loisirs et autres
centres d’action sociale.
130. Amélioration de l’efficience de l’investissement public. L’évaluation PIMA
(Public Investment Management Assessment) de 2018, a mis en évidence l’écart
d’efficience de l’investissement public en Guinée. Entre autres facteurs explicatifs, il
y a le manque d’évaluations économico-financières, ainsi que de méthodes
rigoureuses de sélection des projets d’investissements. Dans ces conditions, accroître
l’efficience de l’investissement public revient entre autres, à mettre en place une
expertise nationale en matière de gestion de l’investissement public (GIP),
spécialisée : (i) dans l’identification, la formulation, le suivi d’exécution et l’évaluation
ex post des projets ; ainsi que (ii) dans la gestion des actifs issus de l’investissement à
travers la systématisation des programmes d’entretien ou de maintenance. La mise
en place d’une telle capacité pourra déjà commencer par l’appropriation effective
par les acteurs de la chaîne PPBSE (Planification, Programmation, Budgétisation, Suivi
et Évaluation), des outils opérationnels de la GIP disponibles ainsi que par la
séparation des fonctions de programmation et de budgétisation des investissements.
131. Recours à des sources de financement adaptées. Face aux besoins, les
ressources disponibles sont généralement insuffisantes pour financer aussi bien les
dépenses d’investissements en infrastructures que les coûts récurrents qui leurs sont
associés. Cette situation appelle à répondre à un double défi dans le but d’accroître
la mobilisation des ressources. Le premier de ces défis est la diversification des sources
de financement public en recourant, dans le respect des contraintes d’endettement,
aux emprunts obligataires, aux PPP et/ou à la titrisation. Parallèlement, les réflexions
engagées pour réformer le Fonds d’Entretien Routier (FER) et créer un Budget
d’Affectation Spéciale (BAS) pour les travaux de reconstruction et de réhabilitation
des réseaux routiers et de transports, doivent être parachevées et leurs conclusions
36
mises en application. Le deuxième défi est la promotion du financement privé : (i) en
œuvrant à l’amélioration continue de l’environnement des affaires ; et (ii) en
sécurisant l’épargne privée par une meilleure prise en compte des risques liés à
l’investissement. Ce défi implique de disposer d’un large portefeuille de projets
bancables, de réduire l’instabilité de la monnaie nationale à travers des politiques
macroéconomiques prudentes allant de pair avec une gestion saine des réserves de
change.
2.1.3. Défis transformationnels
132. Les défis transformationnels de la Guinée sont ceux qu’appellent la
dynamique démographique, la digitalisation, la diversification économique et les
changements climatiques. Les défis de la dynamique démographique s’expriment
en termes de capture du dividende démographique et de normalisation de la
pyramide des âges dans la fonction publique.
133. Défi du dividende démographique. La « fenêtre du dividende
démographique » qui s’est ouverte pour la Guinée entre 2007 et 2010, et qui court
jusqu’en 2056, a et aura, comme impact, l’arrivée de milliers de jeunes sur le marché
du travail. Par conséquent, il faudra créer les conditions nécessaires pour que cette
jeunesse puisse : (i) suivre une formation adaptée aux besoins actuels et émergents
du marché ; (ii) devenir plus compétitifs, y compris dans les métiers ; et (iii) accéder à
des emplois décents et prendre une part active à la création de la richesse nationale.
Le pays doit en effet disposer de capacités suffisantes pour maximiser le dividende
démographique qui représente un fort potentiel de croissance économique
nécessaire au financement du capital humain.
134. Défi de la normalisation de la pyramide des âges dans la fonction publique.
Du fait d’un blocage prolongé des recrutements, la pyramide des âges dans la
fonction publique, s’est inversée avec la présence dans les effectifs, d’un nombre
plus élevé de séniors et d’agents de l’Etat proches de l’âge de la retraite. En
l’absence d’une gestion prévisionnelle efficace des ressources humaines pour faire
face à cette situation, la plupart des hauts fonctionnaires en poste actuellement,
risquent de faire valoir leur droit à la retraite en 2025. Il pourrait s’en suivre un vide
générationnel et une paralysie de l’administration publique.
Encadré 4 : Inversion de la pyramide des âges dans la fonction publique
A cette situation, il y a plusieurs facteurs explicatifs qu’il convient de rappeler :
1. Il y eut d’abord la rupture que fut l’indépendance en 1958, avec la réduction
brutale des ressources humaines qualifiées, le départ forcé de cadres, la perte de la
mémoire institutionnelle. Cette situation a fortement handicapé la mise en place de la
fonction publique du nouvel Etat indépendant de Guinée. A leur tour, les options
idéologiques de la 1
ère
République n’ont pas contribué à poser les fondamentaux
d’une administration moderne. Elles ont plutôt conduit à imposer des normes de
gestion rigides et un large interventionnisme étatique, qui se sont avérés par la suite,
inopérants.
2. Il y eut ensuite la succession des programmes d’ajustement structurel mis en
place au début de la décennie 90, pour rétablir les équilibres macro-économiques du
pays. Ces réformes ont conduit à la réduction des effectifs, à travers les programmes
de départs anticipés de la fonction publique. Il en a résulté des pertes importantes de
cadres qualifiés, le chômage des jeunes diplômés, le vieillissement des fonctionnaires,
la limitation des budgets de fonctionnement. Il y eut enfin l’impact limité des
programmes de réforme de l’administration.
37
135. Défi de la digitalisation.
22
.
La Guinée ne saurait rester en marge des avancées
technologiques de la révolution 4.0, en faisant abstraction des possibilités qu’offrent
aujourd’hui les TIC. Elle doit profiter de ces mutations technologiques pour entrer dans
la modernité, diversifier ses exportations, accélérer la transformation structurelle de
son économie et forger durablement sa résilience. En revanche, à ces profonds
changements est attaché un défi de taille, celui de la cybersécurité. Le pays doit en
effet apporter une réponse appropriée aux menaces que font peser sur le
numérique, la cybercriminalité, le sabotage des infrastructures d’information
critiques, l’exploitation inappropriée des données personnelles, la propagande
dirigée, la cyber guerre et le cyber terrorisme.
136. Défis de la diversification économique. L’économie guinéenne est
structurellement concentrée dans les secteurs secondaire et tertiaire. L’extraction de
minerais et les activités connexes autour des mines, contribuent substantiellement à
la formation du PIB. De plus, les exportations de bauxite et d’or représentent une part
importante des exportations totales du pays. Des constats qui mettent en évidence
le peu de diversification de l’économie guinéenne, et expliquent sa vulnérabilité et
la faible compétitivité des secteurs non miniers.
137. Défis de la résilience environnementale. Le renforcement des capacités de
prise en charge des changements climatiques, des chocs épidémiques ou des
catastrophes naturelles est indispensable, dans une perspective de résilience
environnementale. Il requiert de surmonter les défis ci-après : (i) l'harmonisation
plurisectorielle des politiques et des lois pour mieux concilier les exigences
d’environnement et de développement ainsi qu’une meilleure responsabilisation des
populations ; (ii) la préservation et l’utilisation rationnelle des ressources naturelles ; (iii)
la promotion des technologies alternatives et des énergies renouvelables ; (iv)
l’amélioration de la gouvernance des chocs épidémiques sur le moyen terme ; (v) le
renforcement des capacités des parties prenantes impliquées dans la gestion des
ressources naturelles.
2.1.4. Défis des capacités de gestion du développement
138. Les exigences de performance au niveau de l’administration et l’impératif de
refondation de l’Etat appellent à relever les défis des capacités ci-après en matière
de gestion du développement.
139. Défis des capacités institutionnelles. Au nombre de ces défis, il est à noter : (i)
la réorganisation à terme, du système national de planification (SNP) pour fixer les
différents niveaux (central, sectoriel, régional/préfectoral et/ou local) de
planification, régir les relations fonctionnelles interinstitutionnelles, codifier les
procédures/processus, et standardiser les méthodes et les outils; (ii) le renforcement
des capacités du système statistique national à travers la mise en œuvre de la
troisième stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS-3), pour : (a)
la création de services statistiques résilients aux évolutions socio-politiques; (b) la
production et la diffusion d’informations fiables répondant aux besoins sans cesse
croissants de l’ensemble des utilisateurs, notamment en matière de suivi et
d’évaluation ; (iv) mise à jour de la base de données démo-socio-économiques à
travers la réalisation du quatrième Recensement Général de la Population et de
l’Habitat (RGPH IV) ; (v) la mise en conformité des pratiques budgétaires avec les
dispositions de la LORF.
22
Dans ce document les termes « digitalisation » et transformation numérique sont interchangeables
38
Encadré 5 : Défis spécifiques attachés au RGPH IV
La République de Guinée a réalisé trois recensements généraux de la population et de
l’habitation (RGPH), respectivement en 1983, 1996 et 2014. Mais le dernier RGPH s’est
roulé dans des conditions particulièrement difficiles liées à la survenue en mars 2014
de la maladie à virus Ebola. Une situation qui a empêché l’exécution de l’enquête post-
censitaire destinée à estimer le taux de couverture du recensement. Du fait de la
faiblesse qui a caractérisé le RGPH 2014, l’on est amené à dire qu’il y a 26 années que
la base de données statistiques du pays n’a pas été correctement mise à jour. Cette
contrainte doit être surmontée en priorité, pour : (i) permettre l’actualisation de la base
de sondage de l’ensemble des enquêtes de population, y compris la constitution du
fichier électoral ; et (ii) rendre plus efficace la planification, la mise en œuvre et le suivi
des politiques et programmes de développement socioconomique tant au niveau
national que sectoriel.
140. Défis des capacités techniques. Au titre de ces défis, il est à mentionner : (i)
l’articulation entre le référentiel national de développement et les cadres
stratégiques et/ou programmatiques des secteurs pour accroître l’efficacité de
l’action publique au niveau central ; (ii) la régionalisation de la mise en œuvre du PRI
pour amplifier l’effet des actions de développement au niveau décentrali; (iii) la
recherche d’une efficience plus accrue de l’investissement public; (iv) l’adoption
d’une politique nationale de financement du développement.
141. Défis des capacités individuelles. Les défis des capacités individuelles résident
en la formation et le recrutement d’un nombre suffisant de cadres qualifiés pour
animer les différents niveaux du système national de planification ; à savoir : (i) au
niveau central (la direction en charge de la planification, la direction en charge de
la programmation des investissements, les bureaux de stratégie et de
développement) ; (ii) au niveau infranational, (les Inspections régionales du Plan; et
les Directions préfectorales/communales).
142. Défis de l’élaboration, de l’actualisation et de l’harmonisation des politiques
sectorielles. Dans un système de planification fonctionnel, tous les secteurs de
développement doivent disposer d’une politique. Les politiques sectorielles sont
importantes en ce qu’elles orientent à l’intérieur du secteur considéré, l’action
publique dans toutes ses dimensions normatives, stratégiques et opérationnelles. En
tant que telles, elles sont en amont de toutes les interventions publiques [législation,
réglementation ou dépenses publiques (fonctionnement, transferts et
investissements)].
143. Un diagnostic récent de la chaîne PPBSE a révélé que les documents de
politiques sont inexistants pour la plupart des secteurs. Pour ceux qui en disposent, ces
documents sont non seulement caducs, mais en plus, ils se caractérisent par une
hétérogénéité tant dans leur libellé, dans leur contenu que dans leur format. Il a été
constaté par ailleurs qu’il y a autant de démarches méthodologiques que de
politiques formulées. Cette situation rend difficile la mise en cohérence des politiques
publiques et complique aussi bien les choix stratégiques des secteurs, que la sélection
des projets de développement, l’élaboration des CDMT et partant, l’efficacité de la
gestion du développement.
39
2.2. ATOUTS DU DÉVELOPPEMENT
144. La Guinée dispose d’énormes atouts pour son développement. Ces atouts lui
sont offerts par sa localisation géographique, ses dotations en ressources naturelles,
ainsi que les opportunités de développement que sont la transformation numérique
et la promotion de l’économie bleue et de l’économie verte.
2.2.1. Atouts géographiques
145. La Guinée dispose de deux atouts géographiques qu’elle peut valablement
transformer en opportunités pour contrer sa fragilité et asseoir durablement les bases
de son développement. Il s’agit de : (i) sa position dans la sous-région ouest-
africaine ; et (ii) la répartition des potentialités naturelles à l’intérieur de ses frontières.
146. Localisation géographique. La Guinée occupe une position centrale dans la
sous- région. Elle dispose : (i) de frontières communes avec six pays ; et (ii) d’un littoral
sur l’océan Atlantique, long de 300 km. Le pays pourrait tirer profit de cette position
pour jouer le rôle de plaque tournante économique dans la sous-région. Un
renforcement des infrastructures routières et ferroviaires devrait permettre d’accueillir
une grande partie du commerce sous-régional, tout en facilitant le transbordement,
à partir du port de Conakry, des flux de marchandises destinés aux pays enclavés tels
que le Mali.
147. Bonne répartition des potentialités naturelles. Il s’agit d’une des particularités
de la Guinée. Chaque région du pays est suffisamment dotée de potentialités
naturelles spécifiques. Ce qui offre à la Guinée des atouts importants pour promouvoir
un développement régional équilibré et une gouvernance locale économiquement
viable, à travers la promotion de pôles régionaux de développement durables,
compétitifs et inclusifs. Toute chose qui permet de renforcer l’unité nationale et la
cohésion sociale.
2.2.2. Dotations en ressources naturelles
148. Les sols de la Guinée sont généralement fertiles et très propices à la pratique
de l’agriculture et de l’élevage. La richesse du sous-sol guinéen est aussi un atout
économique important. Le potentiel bauxitique s’élève à environ 40 milliards de
tonnes soit 50% à 67% des réserves mondiales selon différentes estimations. En plus, le
pays dispose d’importantes ressources minérales exploitables tels que l’or, le
diamant, le fer, le nickel et des métaux stratégiques (titane, platine, rutile, béryllium,
tantale, etc.). L’exploitation minière constitue une source de revenus permettant de
financer les programmes de développement du pays et la lutte contre la pauvreté.
Par ailleurs, la diversité bioécologique
23
de la Guinée est aussi un atout pour le
développement économique et la création d’emplois dans les secteurs de
l’agriculture, de la foresterie, de la pêche, de l’aquaculture, du tourisme…
2.2.3. Opportunités de la révolution 4.0
149. La révolution 4.0 offre à la Guinée, des opportunités pour améliorer la
productivité et la compétitivité de son économie. De plus, elle lui permet de rattraper
son retard dans tous les domaines sociaux, notamment l’éducation et la santé. Les
possibilités offertes de nos jours, par les outils numériques (smartphones, tablettes,
drones, etc.), l’internet à larges bandes, les multiples services mobiles et en ligne
(plateformes), les technologies émergentes (la robotique, l’intelligence artificielle, le
Big Data, la 5G, etc.), seront utilisées pour renforcer et accélérer le développement
23
Cf. sections 2.2.4 et 2.2.5
40
dans ces différents domaines. La Guinée doit élaborer son propre modèle en matière
d’innovations numériques en s’inspirant de modèles ayant réussi ailleurs et en les
adaptant à ses propres réalités socio-économiques. L'atout le plus précieux dont
dispose le pays à cet égard, est sa jeunesse. Avec une stratégie appropriée et
coordonnée de renforcement des capacités humaines et institutionnelles, la Guinée
a donc la possibilité de remodeler, exploiter, autonomiser et transformer cette
jeunesse en une main-d'œuvre numérique adaptative, qualifiée et novatrice.
Encadré 6 : Importance socioéconomique de la digitalisation
24
Les investissements dans l’infrastructure numérique contribuent à accroître l’accessibilité
physique et financière et la disponibilité des services numériques et sont essentiels à la
promotion de la croissance globale de l’économie numérique.
Les plateformes sont des éléments critiques d’une économie numérique. Elles s’inscrivent
souvent dans des systèmes d’e-gouvernement conçus pour utiliser les TIC en vue de
renforcer la transparence, la redevabilité et l’efficience dans l’administration publique et
la prestation de services. Les plateformes numériques privées ou commerciales
comprennent des marchés pluridimensionnels qui permettent aux producteurs et aux
usagers d’interagir les uns avec les autres, et de créer de la valeur ensemble.
Les services financiers numériques (SFN) constituent un moteur essentiel de l’économie
numérique, permettant l’inclusion et la réalisation de gains de productivité significatifs.
Il est de plus en plus reconnu que les technologies numériques peuvent agir en tant que
catalyseur et facilitateur essentiel du développement des entreprises et de la croissance
inclusive.
Les compétences numériques constituent un élément essentiel de l’économie
numérique, indispensables pour maximiser l’adoption, l’impact et les avantages
découlant d’un meilleur accès à la connectivité et à la technologie.
2.2.4. Opportunités de l’économie bleue
150. La Guinée est le « château d'eau » de l'Afrique de l'Ouest avec 1 165 cours
d’eau et une quantité de ressources en eau renouvelable estimée à 266 km
3
. Le
potentiel hydroélectrique
25
est suffisant pour pallier les difficultés actuelles
d’approvisionnement en électricité du pays, voire de la région. La mise en valeur
contribuerait par ailleurs à réduire drastiquement l’exploitation des forêts pour la
production du charbon de bois comme source énergétique des foyers guinéens. Le
potentiel côtier et marin est conséquent pour l’ensemble des services
écosystémiques de régulation (protection côtière, séquestration carbone,
production de biomasse halieutique, purification de l’eau, pour ne citer que les
principaux), d’approvisionnement liés aux activités de pêche, de collecte de bois de
mangrove, etc et de nature ludique et culturelle (activités balnéaires, pratiques
rituelles et religieuses des communautés côtières, etc.). Bien qu’il demeure mal
connu, ce potentiel est tout de même suffisant pour considérer que les écosystèmes
marins et côtiers présentent des opportunités de valorisation de l’économie bleue,
pour la Guinée.
24
Source : DE4A : Etude diagnostique de la Guinée - Rapport, BM, juin 2021
25
Le potentiel hydroélectrique de la Guinée est estià 6 000 MW, réparti sur tout le territoire national
pour une énergie garantie de 19 300 GWH/an selon la Direction Générale d'Électricité de Guinée (2018)
41
2.2.5. Opportunités de l’économie verte
151. La Guinée possède des formations forestières couvrant près de la moitié du
territoire. Selon le PNUE, les forêts sont le fondement même d’une Économie Verte
(EV) qui sous-tend une large gamme de secteurs et de moyens d’existence. La
contribution des forêts à l’EV va au-delà de la production de bois d’œuvre ou des
besoins énergétiques car elle sous-tend plusieurs autres secteurs comme l’agriculture,
le tourisme, l’approvisionnement en eau, la santé, etc. Avec environ six millions
d’hectares de superficie cultivable, la Guinée dispose, en outre, de suffisamment de
terres arables pour assurer la sécurité alimentaire de ses habitants ainsi que sa
balance commerciale tout en préservant l’environnement.
152. Avec l’émergence des problématiques liées aux effets du changement
climatique, les opportunités qui se présentent à la Guinée débordent largement le
contexte forestier et agricole. Ainsi par exemple, des initiatives simples visant à
améliorer la qualité de vie en ville, à développer des alternatives à l’utilisation des
énergies fossiles, à promouvoir la production alimentaire de proximité, à valoriser le
traitement positif des déchets, etc. doivent être encouragées. Ces opportunités sont
de nature transversales ou communes car elles ne sont pas restreintes à un secteur
économique ou un domaine particulier. Enfin, les activités minières font également
partie des domaines qui nécessitent une transition vers une EV en concertation avec
les compagnies d’exploitation des gisements miniers.
2.3. FONDEMENTS ET PRINCIPES DIRECTEURS DU PRI
2.3.1. Fondements
153. Le premier fondement du PRI est la Charte de la Transition du 27 septembre
2021. Cette charte issue des concertations nationales inclusives consacre les valeurs
et principes qui doivent guider la transition et ses organes et définit les missions qui lui
sont dévolues à savoir : (i) la sauvegarde de l’intégrité du territoire national et la
sécurité des personnes et de leurs biens ; (ii) la refondation de l’Etat ; (iii)
l’engagement des réformes majeures sur les plans économique, politique, électoral
et administratif ; (iv) le renforcement de la cohésion nationale et la poursuite du
processus de réconciliation nationale ; (v) le renforcement de l’indépendance de la
justice et la lutte contre l’impunité ; (vi) la promotion et la protection des droits de
l’homme et des libertés publiques ; (vii) l’instauration d’une culture de bonne
gouvernance et de citoyenneté responsable ; (viii) l’élaboration d’une nouvelle
constitution et son adoption par référendum ; et (ix) l’organisation des élections
locales et nationales, libres, démocratiques et transparentes.
154. Le deuxième fondement du PRI est constitué par les priorités politiques qui
ressortent du discours d’investiture du Président de la Transition, le 1er octobre 2021,
de son message à la Nation à l’occasion de la fête du 2 octobre 2021 et de sa lettre
de mission au Premier Ministre.
155. Le troisième fondement du PRI est l’Étude Nationale Prospective « Guinée,
vision 2040 ». Le PRI a vocation à concrétiser sur la période couverte par la Transition,
la Vision Guinée 2040 qui aspire à « une Guinée émergente et prospère » avec
comme objectif de « bâtir à l’horizon 2040 un pays émergent et prospère, maître de
son destin, assurant un niveau élevé de bien-être à ses populations et garantissant
l’avenir des générations futures ».
156. Le quatrième fondement du PRI est la feuille de route du Gouvernement
articulée autour de 5 axes, à savoir : (i) rectification institutionnelle ; (ii) cadre
42
macroéconomique et financier ; (iii) cadre légal et gouvernance ; (iv) action sociale,
emploi et employabilité ; et (v) infrastructures, connectivité et assainissement.
157. Le cinquième fondement du PRI est la Vision 2050 de la CEDEAO axée sur cinq
(5) piliers à savoir : (i) une communauté de peuples pleinement inclusive tenant
compte des femmes, des jeunes et des enfants ; (ii) un espace régional pleinement
intégré et prospère ; (iii) un espace régional sûr, stable et paisible ; (iv) une région
dotée d’institutions fortes, respectant l’État de droit et les libertés fondamentales ; et
(v) une région tournée vers une transformation et un développement durable.
158. Le sixième fondement du PRI est l’Agenda 2063 de l’Union Africaine qui aspire
à : (i) une Afrique prospère fondée sur une croissance inclusive et un développement
durable ; (ii) un continent intégré, politiquement uni, basé sur les idéaux du
panafricanisme et sur la vision de la renaissance de l’Afrique ; (iii) une Afrique
règnent la bonne gouvernance, la démocratie, le respect des droits de l’homme, la
justice et l’État de droit ; (iv) une Afrique pacifique et sécurisée ; (v) une Afrique dotée
d’une identité, d’un patrimoine commun, de valeurs partagées et d’une éthique
culturelle forte ; (vi) une Afrique le développement est axé sur les populations, et
s’appuie notamment sur le potentiel des femmes et des jeunes ; et (vii) une Afrique,
en tant qu’acteur et partenaire fort, uni et influent sur la scène mondiale.
159. Le septième fondement du PRI porte sur des agendas internationaux de
développement. Ainsi, le PRI s’aligne sur le programme universel de développement
durable 2016-2030 et ses 17 Objectifs de Développement Durable (ODD), le Cadre
d'action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030, l’Accord
de Paris (COP21) sur les changements climatiques de décembre 2015 et ceux qui
l’ont suivi, et le New Deal en faveur des États fragiles.
2.3.2. Principes directeurs
160. Les choix stratégiques du PRI seront : (i) guidés par les règles de la gestion axée
sur les résultats (GAR) et les cinq (5) valeurs du CNRD, [rectification institutionnelle,
refondation de l’Etat, rassemblement, redressement, repositionnement de la
Guinée] ; et (ii) déclinés en actions suivant l’approche de la sécurité humaine.
Gestion axée sur les sultats (GAR) signifie que toute action publique sous la
Transition devra être conduite en recherchant la performance, c’est-à-dire
l’efficacité, l’efficience, la redevabilité et la transparence.
Rectification institutionnelle. Cette valeur va s’appuyer sur la Charte pour bâtir des
institutions fortes et légitimes garantissant la mise en place d’un Etat de droit.
Refondation de l’Etat. Comme la première valeur, celle-ci va s’appuyer sur les
mécanismes efficaces pour moraliser la vie publique, responsabiliser
l’administration et restaurer l’autorité de l’Etat.
Rassemblement signifie que toutes les conditions seront créées pour faciliter la
conduite des affaires publiques avec la participation de toutes les composantes
de la nation, y compris les Guinéens de l’étranger, à la construction républicaine.
Redressement. Cette valeur exige de rompre avec les anciennes pratiques,
reformer l’administration et conduire la transition avec la transparence.
Repositionnement de la Guinée signifie que la Guinée à travers le CNRD va
œuvrer pour son respect sur la scène internationale. Il s’activera, pour cela à
respecter les engagements internationaux vis-à-vis de ses partenaires et à
coopérer avec les institutions internationales.
Sécurité humaine. Il s’agit d’une approche qui met en évidence le lien étroit entre
la sécurité, le développement, la protection et l’autonomisation des personnes et
43
des communautés. C’est cette approche qui sera suivie dans la déclinaison
opérationnelle du PRI pour créer les conditions pour les Guinéens, de vivre dans la
dignité, à l’abri des besoins et l’abri de la peur.
2.4. OBJECTIF GLOBAL, RÉSULTATS FINAUX ET AXES DU PRI
161. En cohérence avec les référentiels et principes ci-dessus énoncés, l’objectif
global du PRI est de contribuer par ses interventions, à la réalisation des missions de
la Transition telles que définies dans la Charte, pour une Guinée plus résiliente aux
facteurs de fragilité politique, économique, sociétale et environnementale.
162. Pour rendre cet objectif atteignable, le PRI doit être : (i) une déclinaison en
actions cohérentes dans les différents secteurs, de la feuille de route du
Gouvernement ; (ii) un référentiel unique pour l’allocation des ressources budgétaires
mobilisables ; (iii) un outil de dialogue avec les partenaires au développement ; et
(iv) un cadre de suivi et d’évaluation de la mise en œuvre des actions de l’Etat au
cours de la période de Transition, sous-tendu par la SNDS-3.
163. Deux résultats finaux sont attachés à cet objectif global :
résultat final 1 : les conditions de paix et de sécurité ainsi qu’un environnement
institutionnel et macroéconomique stable, sont créés durant la Transition ;
résultat final 2 : des élections libres, crédibles et transparentes sont organisées à la
satisfaction de toutes les parties prenantes.
Tableau 2 : Indicateurs et cibles des résultats finaux du PRI
Libellés des indicateurs
Valeurs
Références
Cibles
PIB/tête
2,8%
2,9%
Taux moyen de participation aux élections
59,5%
79%
164. D’après le tableau ci-dessus, deux indicateurs sont choisis pour mesurer
l’évolution vers ces résultats : un indicateur de bien-être, le Produit Intérieur Brut par
tête (PIB/tête) et un indicateur de performance électorale, le taux moyen de
participation aux élections.
165. La cible du résultat final 1 est un PIB/tête de 2,9%. Cette cible signifie que le PRI
doit œuvrer à améliorer le niveau de bien-être des populations, d’avant l’avènement
du CNRD. En d’autres termes, la Transition doit être une période d’augmentation des
revenus ou d’amélioration des conditions de vie des ménages.
166. La cible du résultat final 2 porte sur la performance de la série d’élections
devant permettre le retour à l’ordre constitutionnel. Il s’agit de parvenir, pour toutes
les consultations qui seront réalisées, à un taux moyen de participation de 79,0%.
167. D’un point de vue opérationnel, le PRI est décliné suivant les cinq (5) axes de
la feuille de route du Gouvernement :
axe 1 : rectification institutionnelle ;
axe 2 : cadre macroéconomique et financier ;
axe 3 : cadre légal et gouvernance ;
axe 4 : action sociale, emploi et l’employabilité ;
axe 5 : infrastructures, connectivité et assainissement.
44
3. DESCRIPTION DES AXES
168. Chacun des cinq (5) axes du PRI, est décrit dans cette section à travers : la
réponse qu’il apporte aux défis de la Transition tels qu’exposés plus haut ; les finalités
ou les enjeux sous-jacents ; les options stratégiques des autorités ; les priorités
opérationnelles et les cibles de résultats qui leur sont attachées.
3.1. AXE 1 : RECTIFICATION INSTITUTIONNELLE
169. Le premier axe du PRI est la réponse des autorités aux défis institutionnels liés à
l’organisation des élections devant permettre le retour à l’ordre constitutionnel. La
finalité est de procéder aux arrangements institutionnels nécessaires à une bonne
gouvernance politique de la Transition de sorte à créer au terme de celle-ci, des
bases solides pour l’émergence d’institutions fortes et résilientes, garantes de l’Etat de
droit et d’une démocratie participative, et performantes en termes d’efficacité
économique, de justice sociale et de protection de l’environnement.
170. De façon spécifique, il s’agira de : (i) rendre fonctionnels les organes de la
Transition dans le respect des dispositions de la Charte ; (ii) prendre les mesures
législatives et/ou règlementaires pour engager les réformes institutionnelles devant
encadrer le retour à l’ordre constitutionnel ; (iii) organiser le référendum
constitutionnel ; et (iv) organiser les élections de la base au sommet : les élections
locales et communales, les élections législatives et présidentielles.
171. Dans cette perspective, le Gouvernement s’engage à : (i) appuyer le Conseil
National de la Transition dans l’élaboration, la vulgarisation et l’adoption par
référendum, d’une nouvelle loi fondamentale ; (ii) mettre en place un processus qui
garantit des élections inclusives, équitables, crédibles et apaisées ; (iii) apporter tout
l’appui nécessaire à la réforme du système électoral et à l’organisation d’élections
libres et transparentes; (iv) rendre disponibles les ressources matérielles et financières
nécessaires à la réussite de ces différentes consultations électorales.
172. Le processus politique sous-jacent à cet axe, comporte entre autres, les étapes
clés suivantes : (i) l’établissement du fichier électoral ; (ii) élaboration de la nouvelle
constitution ; (ii) la mise en place de l’organe de gestion des élections ; (iii)
l’organisation du scrutin référendaire ; (iv) l’élaboration des textes de lois organiques ;
(v) l’organisation des élections locales ; (vi) l’organisation des élections législatives ;
(vii) la mise en place des institutions nationales issues de la nouvelle constitution ; (viii)
l’organisation de l’élection présidentielle.
173. En termes de résultats de développement ce premier axe du PRI contribue à
la mise en oeuvre de l’ODD16 « Paix, Justice, Institutions Efficaces », à travers les cibles
16.6 ;16.7 et 16.9.
Encadré 7 : Enoncés des cibles 16.6 ;16.7 et 16.9 des ODD
Cible 16.6 : Mettre en place des institutions efficaces, responsables et transparentes
à tous les niveaux
Cible 16.7 : Faire en sorte que le dynamisme, l’ouverture, la participation et la
représentation à tous les niveaux caractérisent la prise de décisions.
Cible 16.9 : D’ici à 2030, garantir à tous une identité juridique, notamment grâce à
l’enregistrement des naissances
45
Tableau 3 : Indicateurs et cibles des résultats de l’axe 1 du PRI
Libellés des indicateurs
Références
Cibles
2025
Années
Valeurs
Taux de participation au référendum
2020
61,18%
75%
Taux de participation aux élections locales
2018
40,00%
80%
Taux de participation aux élections législatives
2020
58,04%
78%
Taux de participation aux élections présidentiielles
2020
78,80%
83%
Proportion de sièges occupés par les femmes au parlement
2020
17,00%
25%
Proportion de sièges occupés par les femmes dans la
commune
2019
22,08%
30%
3.2. AXE 2 : CADRE MACROÉCONOMIQUE ET FINANCIER
174. Le deuxième axe du PRI est la réponse des autorités aux défis que représente
pour le développement du pays, la préservation des grands équilibres financiers
internes et externes de l’Etat, condition nécessaire pour : (i) générer une croissance
réelle plus forte, réductrice de la pauvreté et créatrice d’emplois ; (ii) élargir les
marges de manœuvre budgétaire du Gouvernement ; (iii) procéder à des
allocations stratégiques de ressources ; (iv) accroître la performance de la dépense
publique ; et (v) créer un environnement qui soit à la fois, propice au développement
du secteur privé national, et attractif aux investisseurs étrangers.
175. De façon spécifique, il s’agira de : (i) créer un espace budgétaire pour couvrir
les dépenses relatives aux élections, tout en finançant les investissements dans les
infrastructures, le capital humain, la protection sociale, le renforcement des
capacités institutionnelles et la production de statistiques ; (ii) remédier aux poussées
inflationnistes pour préserver le pouvoir d’achat des ménages, réduire l’instabilité du
taux de change et accroître les IDE ; (iii) poursuivre les efforts de diversification de
l’économie pour renforcer la résilience du pays aux chocs externes et améliorer la
compétitivité des secteurs non miniers.
176. Dans cette perspective, le Gouvernement s’attachera à assurer la continui
de l’Etat tout en garantissant la qualité et la moralisation de la gestion publique avec
comme priorités : (i) la mobilisation et la sécurisation des ressources internes et
externes nécessaires à la bonne conduite de la Transition ; (ii) le renforcement des
mécanismes de contrôle a priori et a posteriori, des organismes publics ; (iii) le respect
des engagements de la Guinée sur le plan national, sous-régional et international ;
(iv) l’intensification de la lutte contre la corruption et les pratiques assimilées ; (v)
l’application rigoureuse des mécanismes de sanction tels que prévus par les lois et
règlements en vigueur ; (vi) l’identification, la récupération et la sauvegarde des
patrimoines bâtis et non bâtis de l’Etat ; (vii) la mise à jour de la base des
données démo-socio-économiques nationales à travers la réalisation du RGPH IV.
177. La Gouvernement entend en outre, renforcer la gestion financière tout en
veillant à la stabilité du cadre macroéconomique, avec comme priorités : (i)
l’amélioration de l’efficience de la dépense publique en atténuant les risques
fiduciaires liés à l’exécution budgétaire, à travers notamment, l’optimisation des
procédures de passation de marchés ; (ii) l’amélioration de la gestion des
investissements en adoptant un cadre réglementaire de gestion des investissements
publics (GIP) et en appliquant le manuel de GIP ainsi que les outils opérationnels qui
46
l’accompagnent ; (iii) la rationalisation progressive des subventions à l’énergie ; (iv)
la prudence en matière d’emprunt extérieur en recourant le plus possible aux
financements concessionnels et aux dons ; (v) la limitation du financement du
budget par voie monétaire ; (vi) la poursuite de la modernisation du cadre de
politique monétaire ; (vii) la mise en œuvre de mesures d’assouplissement du taux de
change de sorte à constituer des réserves et atténuer les répercussions des chocs ;
(viii) la surveillance du respect des conventions minières signées et l’application
rigoureuse du code minier dans une perspective d’accroissement des contributions,
du secteur aux revenus de l’Etat ; (ix) la réalisation d’audits pour améliorer la
connaissance des autorités sur le volume, la qualité des minerais, (en particulier de la
bauxite) et surtout, sur la rente directe et indirecte tirée de leur exploitation.
178. Le Gouvernement poursuivra par ailleurs, ses efforts de diversification de
l’économie avec comme priorités :
le renforcement de l’attractivité du pays à travers l’amélioration du climat de
l’investissement et la création de zones économiques industrielles avec une
accessibilité accrue aux services numériques et de télécommunications ;
la promotion des activités rurales qui occupent plus des 2 tiers de la population
active. A cet égard le Gouvernement consacrera 10% du budget national au
secteur agricole conformément aux engagements de Maputo et de Malabo ;
le renforcement du dialogue entre le secteur public et le secteur privé pour mieux
orienter les investissements dans le développement des chaînes de valeur, et
permettre à terme, une inclusion productive, sociale et financière plus accrue du
pays.
l’adoption d’une stratégie de diversification des exportations, dont la vocation
serait de répondre aux défis ci-après : (i) l’identification et l’accroissement du
volume des produits échangeables non miniers pour lesquels le pays dispose d’un
avantage comparatif important ; (ii) l’ouverture de nouveaux marchés ; (iii)
l’élargissement de la gamme des produits échangeables à forte valeur ajoutée ;
(iv) la promotion de quelques exportations non traditionnelles (ou paris
stratégiques), généralement basées sur les chaînes de valeur ;
la création des conditions propices à l’émergence d’un tissu de petites et
moyennes entreprises/industries (PME/PMI) dynamiques comme leviers de la
transformation structurelle de l’économie ;
l’amélioration de l’inclusion financière, facteur essentiel de réduction de la
pauvreté et de promotion de la prospérité partagée ;
l’application stricte des dispositions de la loi sur le contenu local afin que les
emplois et les chaînes d’approvisionnement profitent aux Guinéens et aux PME
locales.
En termes de résultats de développement, ce second axe contribue à l’atteinte de
l’ODD 8 « Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le
plein emploi productif et un travail décent » et de l’ODD17 « Renforcer les moyens de
mettre en œuvre le Partenariat mondial pour le développement durable et le
revitaliser », à travers notamment les cibles 8.1 ; 8.2 ; 17,13 et 17.19.
Encadré 8 : Enoncés des cibles 8.1 ; 8.2 ; 17,13 et 17.19 des ODD
Cible 8.1 : Maintenir un taux de croissance économique par habitant adapté au
contexte national et, en particulier, un taux de croissance annuelle du produit intérieur
brut d’au moins 7% dans les pays les moins avancés
47
Cible 8.2 : Parvenir à un niveau élevé de productivité économique par la diversification,
la modernisation technologique et l’innovation, notamment en mettant l’accent sur les
secteurs à forte valeur ajoutée et à forte intensité de main-d’œuvre
Cible 17.13 : Renforcer la stabilité macroéconomique mondiale, notamment en
favorisant la coordination et la cohérence des politiques
Cible 17.19 : D’ici à 2030, tirer parti des initiatives existantes pour établir des indicateurs
de progrès en matière de développement durable qui viendraient compléter le produit
intérieur brut, et appuyer le renforcement des capacités statistiques des pays en
développement
Tableau 4 : Indicateurs et cibles des résultats de l’axe 2 du PRI
Libellés des indicateurs
Références
Cibles 2025
Années
Valeurs
Taux de croissance réel en %
2018-2021
5,8
6,5
Prix à la consommation en % (fin de période)
2018-2021
10,2
8,2
Recettes de l'Etat en % du PIB
2018-2021
13,1
14
Solde budgétaire de base en % du PIB
2018-2021
0
0,1
Réserves disponibles brutes en mois d'importations
2018-2021
2,3
3
Dette publique totale en % du PIB
2018-2021
40,8
45,5
Indice de perception de la corruption
2018-2021
27,5
32
Indice CPIA/Gestion économique
2020
3,5
3,7
Indice CPIA/Politique sectorielle
2020
3,3
3,5
Indice capacité statistique
2020
51,1
53
3.3. AXE 3 : CADRE LÉGAL ET GOUVERNANCE
179. Le troisième axe du PRI est la réponse des autorités aux défis liés à la fragilité
de l’Etat qui s’est manifestée durant la décennie écoulée, par l’instrumentalisation
de la justice, les violations graves et répétées des droits de l’Homme et des libertés
fondamentales, la politisation à outrance de l’administration publique et la mauvaise
qualité des services offerts aux citoyens. La finalité est de restaurer l’Etat de droit,
créer un climat de paix et de sécurité, améliorer les performances des services publics
à tous les échelons de l’administration territoriale, tout en améliorant la gouvernance
numérique du pays.
180. De façon spécifique, les autorités entendent faire de la justice, le socle de la
refondation de l’Etat. A cet égard, elles mettront en œuvre l’indispensable réforme
de l’appareil judiciaire pour consacrer son indépendance et améliorer sa crédibilité.
Les priorités porteront sur : (i) le renforcement du Conseil Supérieur de la Magistrature ;
(ii) le renforcement des capacités du personnel judiciaire ; (iii) le recrutement et le
déploiement d’auditeurs de justice et d’élèves greffiers ; (iv) le renforcement des
capacités institutionnelles des juridictions ; (v) la modernisation de l’administration
pénitentiaire. En particulier, les autorités entendent accorder une haute attention à
la mobilisation des moyens nécessaires à la préparation et la tenue du procès des
évènements du 28 septembre 2009.
48
181. La justice et la sécurité étant étroitement liées, les autorités poursuivront la mise
en œuvre de la loi de programmation militaire, en veillant particulièrement aux
mesures de lutte contre le terrorisme et la cybercriminalité. Elles s’attacheront
également à protéger les droits humains, tout en assurant la sécurité des personnes
et des biens, avec comme priorités : (i) la formation des forces de défense et de
sécurité en matière de protection des libertés ; (ii) l’équipement et le déploiement
d’unités mobiles de défense, de sécurité et de protection civile. ; (iii) la lutte contre le
terrorisme, l’extrémisme violent et la cybercriminalité ; (iv) le développement de la
protection civile pour la sauvegarde des personnes et de leurs biens ; (v) le
développement des innovations à des fins sécuritaires pour l’accomplissement
efficace et efficients des missions des forces de défense et de sécurité ; (vi) la
consolidation du processus de réforme du secteur de sécurité ; (vii) la modernisation
de la police technique et scientifique et domaines connexes en soutien à la chaine
pénale.
182. La refondation de l’Etat passe aussi par : (i) la modernisation du système d’état
civil national en vue d’améliorer la gestion des données à caractère personnel ; et
(ii) une réforme profonde de l’administration publique pour rationaliser les structures
et les politiques publiques afin qu’elles soient plus efficaces dans la fourniture des
services publics. La finalité est de faire de l’administration publique un véritable levier
de développement, orientée vers la satisfaction des usagers que sont les ménages
et les entreprises.
183. A ce titre, les priorités du Gouvernement, sont les suivantes : (i) la réalisation du
Recensement Administratif à Vocation d’Etat Civil (RAVEC) ; (ii) l’achèvement de
l’assainissement du fichier de la fonction publique pour rationaliser les dépenses de
l’Etat et ouvrir des opportunités d’emplois aux nombreux jeunes guinéens au
chômage et ainsi qu’aux diplômés des universités et écoles professionnelles ; (iii) le
lancement, dès l’année prochaine, des concours nationaux de recrutement à la
fonction publique : (iv) la promotion de la mobilité des agents de l’Etat pour éviter la
sédentarisation des postes ; et (v) la dotation des communes en personnel technique
et administratif compétent pour la gestion du développement local, conformément
aux dispositions en vigueur en matière de décentralisation.
184. L’amélioration de la performance des services publics requiert également le
renforcement des capacités de gestion du développement, déterminant pour la
bonne gouvernance économique. L’option du gouvernement en ce domaine
consistera en les actions prioritaires ci-après :
l’élaboration d’un guide de formulation des politiques et stratégies sectorielles. Ce
guide aidera à harmoniser le processus de formulation des politiques publiques, à
uniformiser leur contenu et leur format. Pour lui donner une force exécutoire, un
tel guide doit être adopté et mis en application par voie règlementaire.
l’application effective, conformément à la LORF : (i) du principe de la
pluriannualité à travers le Cadre Budgétaire à Moyen Terme (CBMT) et les Cadres
de Dépenses à Moyen Terme (CDMT) globaux et sectoriels ; (ii) des budgets de
programmes en lieu et place des budgets de moyens; (iii) de la déconcentration
et de la décentralisation budgétaire ;
la promotion des Schémas Régionaux d’Aménagement et de Développement
(SRAD) en tant que document de planification définissant les lignes directrices de
l'organisation physique du territoire dans une triple perspective : (i) la mise en
valeur des ressources locales ; (ii) l’amélioration du cadre de vie des populations ;
et (iii) la réduction des disparités interrégionales.
49
la mise en place formelle de tous les organes d’un nouveau Dispositif Institutionnel
de Coordination de Suivi et d’Évaluation aligné sur les ODD ; l’institutionnalisation
des fonctions de suivi d’exécution et de l’évaluation des politiques publiques ; et
la réalisation systématique par la Cour des Comptes, des audits de performance
sur la base d’un programme préétabli.
la mise en cohérence au niveau des régions/préfectures et des collectivités
locales, des instruments de planification du développement avec les schémas
d’aménagement du territoire en lien avec les lois sur la décentralisation ;
la mise en place auprès des maitres d’ouvrage, d’expertise en matière de
maturation technique et financière des projets ;
la mise en place d’un cadre national de financement intégré (CNFI) des ODD et
l’élaboration d’une stratégie de financement du développement durable,
portant aussi bien sur les sources classiques que sur les sources non-traditionnelles
de financement du développement telles que les Partenariats Publics-Privés (PPP)
et les fonds souverains.
185. En matière de gouvernance numérique, l’objectif du Gouvernement est de
saisir les opportunités de la digitalisation et des innovations dérivées pour améliorer
les performances de l’administration, accroître la productivité du travail et accélérer
la transformation structurelle de l’économie, avec comme priorités : (i) l’actualisation
du cadre juridique et le renforcement de la gouvernance numérique pour répondre
à l’évolution du secteur ; (ii) le développement de la culture numérique ainsi que le
renforcement, la professionnalisation et la valorisation du capital humain et des
compétences numériques ; (iii) l’universalisation de l’accès aux réseaux et services
numériques des entreprises, des administrations et de la population sur tout le territoire
national à des coûts abordables ; (iv) l’édification d’une administration connectée
au service du citoyen et des entreprises ; (v) l’optimisation de la contribution du
secteur à la croissance économique par le développement d’une industrie
numérique innovante et créatrice d’emploi et de valeur.
186. En termes de résultats de développement, ce troisième axe contribue à
l’atteinte de l’ODD16 « Paix, Justice, Institutions Efficaces » et l’ODD17 « Renforcer les
moyens de mettre en œuvre le Partenariat mondial pour le développement
durable », à travers les cibles 16.3 ;16.10 ; 17.17.
Encadré 9 : Enoncés des cibles 16.3 ;16.10 et 17.17 des ODD
Cible 16.3 : Promouvoir l’état de droit et garantir à tous un accès équitable à la justice
Cible16.10 : Garantir l’accès public à l’information et protéger les libertés
fondamentales, conformément à la législation nationale et aux accords internationaux
Cible 17.17 : Encourager et promouvoir les partenariats publics, les partenariats public-
privé et les partenariats avec la société civile, en faisant fond sur l’expérience acquise
et les stratégies de financement appliquées en la matière.
Tableau 5 : Indicateurs et cibles des résultats de l’axe 3 du PRI
Libellés des indicateurs
Références
Cibles 2025
Années
Valeurs
Indice CPIA/Qualité de l’administration publique
2020
3
3,1
IIAG/Participation, droits et inclusion
2020
38,3
39
Nombre de texte adopté et/dispositionns
règlementaires et politique pour garantir l'accès à
l'information publique
2010
1
3
50
3.4. AXE 4 : ACTION SOCIALE, EMPLOI ET EMPLOYABILITÉ
187. Le quatrième axe du PRI est la réponse des autorités aux défis liés à la faiblesse
du capital humain et du capital social. La finalité est d’investir plus et mieux dans
l’Homme, à toutes les phases de son cycle de vie, afin de lui donner les moyens de
devenir un membre productif d’une société plus cohésive. Dans cette perspective,
les autorités s’attacheront à développer le capital humain tout en promouvant la
concorde nationale.
188. Pour le développement du capital humain, les autorités considèrent que : (i)
les performances économiques et les embellies macroéconomiques doivent profiter
au plus grand nombre, à travers une meilleure redistribution de la richesse créée ; (ii)
la promotion de l’emploi décent doit être au cœur des politiques publiques dans une
perspective d’inclusion financière, technologique et entrepreneuriale notamment
des jeunes et des femmes.
189. De façon spécifique, le Gouvernement entend sous-tendre les actions du PRI
en matière de développement du capital humain par les options suivantes :
la définition et la mise en œuvre d’une stratégie efficace de réduction de la
pauvreté y compris la pauvreté multidimensionnelle des couches vulnérables, en
particulier celle les enfants ;
l’élaboration et la mise en œuvre de la Politique Nationale de l’Emploi (PNE) ;
la promotion de l’emploi et de l’entrepreneuriat ainsi que le développement des
compétences pour répondre aux besoins du marché du travail ;
l’amélioration de l’employabilité et de l’emploi des jeunes ;
la promotion de l’égalité du genre et de l’autonomisation des femmes, ainsi que
des filles ;
l’amélioration de l'accès : (i) à une éducation de qualité, y compris l’éducation
non formelle et la formation professionnelle ; (ii) aux services de santé en général
et de santé de reproduction en particulier, surtout des jeunes filles , et (iii) aux
autres services sociaux de base (hygiène, eau et assainissement, notamment)
la promotion de la culture et de la pratique du sport pour tous ;
le traitement du handicap comme une question transversale. Cette option
appelle à prendre en compte les préoccupations liées à la mobilité des personnes
handicapées dans la construction des infrastructures économiques et sociales
ainsi que dans la mise en place des équipements socio-collectifs, tant en milieu
urbain qu’en milieu rural ;
le renforcement de la protection sociale pour réduire la vulnérabilité des
ménages face à des risques naturels, sociaux ou économiques ou à des chocs, y
compris les violences basées sur le genre.
190. Afin d’opérationnaliser les options ci-dessus, le Gouvernement s’engage à
inscrire au rang de ses priorités, des allocations budgétaires conséquentes aux
domaines ci-après du capital humain : nutrition, santé, eau potable, hygiène et
assainissement, protection sociale, éducation, apprentissages égali
homme/femme, et lutte contre les violences basées sur le genre (mutilations génitales
féminines, mariages d’enfants, châtiments corporels, violences sexuelles, etc.)
191. Pour la promotion de la concorde nationale, les autorités considèrent que la
réussite de la Transition et surtout, la légitimité et la stabilité des institutions qui en
résulteront, dépendent de la recherche permanente du consensus avec les forces
vives de la nation. C’est dans cette optique que s’inscrivent :
les concertations nationales qui se sont déroulées du 14 au 23 septembre 2021, et
qui ont servi de base à l’élaboration de la Charte de la Transition ;
51
les assises nationales organisées du 22 mars au 29 avril 2022, sur toute l’étendue
du territoire et dans les représentations de la Guinée à l’étranger, dont les
conclusions créeront les conditions favorables à la réconciliation nationale et la
cohésion sociale ;
l’implication systématique des leaders religieux de toutes confessions, dans : (i) la
promotion de l’unité nationale ; (ii) la consolidation de la paix ; et (iii) la lutte
contre les tendances religieuses déviationnistes.
la création du cadre de concertation inclusif en tant qu’espace d’informations,
d’échanges et de propositions entre les acteurs des forces vives de la nation sur
la Transition.
192. Les autorités considèrent en outre, que la véritable base d’une société
cohésive est la qualide la participation citoyenne. C’est pour cela qu’elles ont
érigé en une priorité des politiques publiques, la promotion du civisme et de la
citoyenneté. L’approche des autorités pour concrétiser cette option est
pédagogique dans le sens où elle privilégie l’éducation à la citoyenneté, à la
coercition, laquelle appelle à combattre les comportements nuisibles de la société
par une application plus stricte de la loi.
193. Cette approche d’éducation à la citoyenneté confère un rôle de premier
plan, respectivement à la famille, à l’école, à l’Etat, aux médias, aux partis politiques
et à la société civile.
La famille doit éduquer, transmettre les valeurs fondamentales (religieuses,
traditionnelles, morales et culturelles).
L’école doit former l’homme, le travailleur et le citoyen.
L’Etat doit (en plus de ses autres fonctions) promouvoir l’éducation civique dans
les programmes d’enseignement, donner libre accès à l’information, mener des
politiques sociales inclusives.
Les médias, en plus du divertissement et de l’information, doivent également
s’investir dans la promotion de la culture, du civisme et de l’éthique.
Les partis politiques, doivent travailler à encadrer leurs membres, en leur donnant
une conscience politique, toute chose qui passe par la formation civique.
La société civile doit rester le lieu d’expression et de mise en pratique de la
citoyenneté au quotidien.
194. En termes de résultats de développement, ce quatrième axe traduit la priorité
accordée par le PRI, aux ODD ci-après : (i) ODD1 : « éliminer la pauvreté sous toutes
ses formes et partout dans le monde »; (ii) ODD2 : « éliminer la faim, assurer la sécurité
alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable » ; (iii)ODD3 :
« permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout
âge » ;(iv) ODD4 : « assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied
d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie » ; (v)
ODD5 : « parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les
filles » ;(vi) ODD8 : « Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et
durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous » ;ODD10 « Réduire
les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre », et ODD16 « Promouvoir
l’avènement de sociétés pacifiques et inclusives aux fins du développement durable,
assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des
institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous ».
52
Tableau 6 : Indicateurs et cibles des résultats de l’axe 4 du PRI
Libellés des indicateurs
Références
Cibles
2025
Années
Valeurs
IIAG/Développement humain
2020
45,2
46
Indice CPIA/Politique de lutte contre l'exclusion sociale
2020
3,4
3,5
Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans pour
1000
2019
111
110
Taux de mortalité maternelle pour 100.000 naissances
2019
550
548
Ratio de dépendance démographique
2019
0,9
0,8
Prévalence de la malnutrition chronique
2019
24,4
19
Taux net de scolarisation au primaire
2019
84,1
85
Taux net de scolarisation au collège
2019
33,6
35
Taux brut d'achèvement au primaire
2019
61,6
65
Taux brut d'achèvement au collège
2019
18,2
20
Nombre d'étudiants pour 100.000 habitants
2019
709
700
Indice de parité au primaire
2019
0,82
1
Indice de parité au secondaire
2019
0,68
0,85
Indice de parité dans l'enseignement technique
2019
1,11
1
Indice de parité dans l'enseignement supérieur
2019
0,39
0,4
Taux de chômage urbain des jeunes
2019
14,2
12
Taux de chômage urbain des femmes
2019
7,6
6
Proportion de la population vivant au-dessous du seuil
de pauvreté nationale
2019
43,70%
43%
Indice de la pauvreté multidimensionnelle
2018
66,20%
60%
Indice de développement du genre
2019
0,817
0,85
Indice de parité du revenu
2018
2 fois pour pour les
hommes
1,9
Indice du développement humain
2019
0,477
0,48
Proportion de jeunes (âgés de 15 à 34 ans) non
scolarisés et sans emploi ni formation
2019
37,10%
36%
Proportion de l'emploi informel dans l'emploi total
2019
77,4
75
Indice de Gini
2019
0,272
0,272
3.5. AXE 5 : INFRASTRUCTURES, CONNECTIVITÉ ET ASSAINISSEMENT
195. Le cinquième axe du PRI est la réponse des autorités aux défis liés à l’état des
infrastructures, à la transformation numérique et aux fragilités environnementales. La
finalité est d’augmenter le stock du capital physique du pays pour accroître la
productivité et accélérer la croissance économique tout en étant résilient aux
catastrophes naturelles et aux changements climatiques. Cet axe comprend ainsi
quatre (4) domaines d’intervention : les infrastructures de transports, les infrastructures
53
numériques, les infrastructures socio-économiques, l’aménagement du territoire et
l’environnement.
196. Dans le domaine des infrastructures de transports, l’objectif du Gouvernement
est d’améliorer la mobilité des personnes et la circulation des biens et services, avec
comme priorités : (i) la construction et la rénovation des routes, pistes rurales et
aérodromes ; (ii) l’optimisation des procédures portuaires et aéroportuaires ; (iii)
l’amélioration des transports urbains et interurbains.
197. L’accélération de la digitalisation des services publics qui est l’une des priorités
de l’axe « cadre légal et gouvernance » devra reposer sur un développement des
infrastructures numériques avec comme priorités : (i) la mise en place d’un deuxième
câble sous-marin pour renforcer la sécurité numérique du pays en cas de pannes ou
autres accidents sur le système de câble ACE
26
existant ; et (ii) la construction de
réseaux d’accès optique dans toutes les régions par une densification du
« backbone » national. Cette intervention devra permettre la connectivité internet
des écoles primaires et secondaires, des universités et autres centres d’enseignement
technique et professionnel ou de recherche, de l’administration centrale,
déconcentrées et décentralisées, notamment des services régionaux de santé, des
entreprises et des ménages, ainsi que des zones rurales défavorisées ou non
économiquement rentables pour les opérateurs de téléphonie mobile et les
fournisseurs d’accès et/ou de services internet...
198. Dans le domaine des infrastructures sociales, l’objectif du Gouvernement est
de renforcer l’accès et l’accessibilité aux services sociaux de base, avec comme
priorités : (i) la construction, la réhabilitation et la maintenance des infrastructures
socio-économiques, notamment les logements sociaux ; (ii) la construction, la
réhabilitation, l’amélioration et le renforcement des infrastructures de production et
de transport des secteurs des télécommunications, des hydrocarbures, de
l’hydraulique et de l’énergie.
199. Le Gouvernement s’est assigné également pour objectif d’élaborer et de
mettre en œuvre des politiques et stratégies environnementales et d’aménagement
du territoire, avec comme priorités : (i) le renforcement de la sécurité foncière ; (ii) la
coordination nationale des actions intersectorielles portant sur le patrimoine foncier ;
(iii) l’évaluation du potentiel de pollutions, des nuisances et des risques affectant la
santé des populations et de l’environnement et initiation des mesures de mitigations ;
(iv) la conservation des potentiels écologiques de la Guinée ; (v) la préservation des
parcs nationaux et des aires protégées ; (vi) la prévention et la gestion des
catastrophes naturelles et des urgences environnementales ; (vii) la promotion d’une
économie bleue et verte basée sur une agriculture plus écologique ; (viii) la
promotion du genre et de l’équidans la gestion de ressources naturelles ; (ix) le
renforcement de la résilience et l’adaptation au changement climatique et aux
risques de catastrophes naturelles ; (x) la promotion des énergies renouvelables,
notamment au niveau communautaire ; (xi) la promotion d’une économie circulaire
(économie bleue et économie verte); (xii) l’élaboration du Plan d’action national de
gestion intégrée des ressources en eau (PGIRE) et d’un Programme national
d’investissement sur l’économie bleue ; (xiii) l’élaboration du Plan national
d’adaptation au changement climatique ; (xiv) la gestion durable et la valorisation
des déchets.
26
ACE : African Coast to Europe
54
200. Par ailleurs, pour apprécier l’efficacité des mesures gouvernementales de
réduction de l’empreinte écologique de l’extraction minière, les autorités ont opté
pour la mise en place d’un cadre de travail conjoint entre le ministère en charge des
mines et le ministère en charge de l’environnement.
201. Enfin, ce cinquième axe stratégique traduit la priorité accordée par le PRI aux
ODD ci-après : (i) ODD6 : garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en
eau et d’assainissement gérés de façon durable ; (ii) ODD9 : bâtir une infrastructure
résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager
l’innovation; (iii) ODD11 : faire en sorte que les villes et les établissements humains
soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables; (iv) ODD13 : prendre d’urgence des
mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions ; (v)
ODD14 : conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les
ressources marines aux fins du développement durable, et (viii) ODD15 : préserver et
restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer
durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus
de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité.
Tableau 7 : Indicateurs et cibles des résultats de l’axe 5 du PRI
Libellés des indicateurs
Références
Cibles 2025
Années
Valeurs
Nombre moyen de desserte aérienne par jour
2020
11
13
Capacités portuaires en nombre de conteneurs EVP
2020
275 770
280 000
Taux de pénétration Internet
2020
48,2
50
GII[1]/Infrastructures (rang sur 131 pays)
2020
130
127
Ménages ayant accès à l'eau potable (en %)
2019